Le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Emmanuel Barbe, est limogé

La décision a été annoncée lors du conseil des ministres réuni mercredi. Emmanuel Barbe avait déclenché deux polémiques ces derniers mois, notamment en souhaitant interdire le port du maillot du PSG à Marseille le soir de la finale de la Ligue des champions.
Emmanuel Barbe avait pris ses fonctions le 24 février 2020.
Emmanuel Barbe avait pris ses fonctions le 24 février 2020. © Clément MAHOUDEAU / AFP
Un petit tour et puis s'en va. Le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Emmanuel Barbe, a été limogé, a appris France 3, mercredi 25 novembre, de la part de ce dernier, confirmant une information révélée un peu plus tôt par La Provence. Une décision qui a été actée en conseil des ministres réuni ce jour.

Emmanuel Barbe occupait son poste depuis neuf mois seulement. La raison de son départ est encore incertaine mais elle pourrait être liée à deux polémiques qui ont connu des retentissements médiatiques ces derniers mois.

Une interdiction des maillots du PSG à Marseille

En duplex sur BFMTV, samedi 14 novembre, pour faire le bilan sur le respect du confinement, le préfet des Bouches-du-Rhône avait déclaré : "J’étais hier sur des points où on vend de la drogue et personne parmi les acheteurs, et à plus forte raison parmi les vendeurs, n’avait d’attestation. (...) Vous voyez donc que le système est bien compris"

Plus tôt, le 23 août lors de la finale de la Ligue des champions Paris-SG-Bayern Munich, Emmanuel Barbe avait pris un arrêté interdisant le port du maillot du PSG dans un périmètre autour du Vieux-port de Marseille. Face à la vive polémique suscitée, l'ancien délégué à la sécurité routière l'avait finalement abrogé, le lendemain. 

Emmanuel Barbe avait succédé à Olivier de Mazières (2017-2020), Laurent Nuñez (2015-2017), et Jean-Paul Bonnetain (2012-2015). Il sera remplacé par Frédérique Camilleri, administratrice civile hors classe détachée en qualité de sous-préfète hors classe, selon le compte rendu du conseil des ministres publié mercredi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité police à marseille