• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Prix de l'eau : des écarts de factures très importantes d'une ville à l'autre dans la région

Les écarts de prix de l'eau au mètre-cube sont faramineux d'une commune à une autre / © Sebastien JARRY
Les écarts de prix de l'eau au mètre-cube sont faramineux d'une commune à une autre / © Sebastien JARRY

Les Français sont très inégaux devant leur facture d'eau. C'est ce que révèle une enquête d'UFC Que choisir. L'association de consommateurs a décortiqué 1.000 factures d'eau dans toute la France. Dans le grand Sud-Est, les prix varient de 1,97 € à 8,46 € le mètre-cube

Par Ludovic Moreau

Parmi les grandes villes de la région, Aix-en-Provence est la ville où l'eau est la moins chère, avec 2,87 €/M3, ce qui tendrait à montrer que la gestion en régie est une bonne solution. Mieux, les habitants d'Aubagne paient encore moins chère, avec 1,97 €/M3, également en régie. Pour trouver la commune dont la facture d'eau est la moins chère, il faut aller à Chabestan, dans les Hautes-Alpes. Certes, la ville est beaucoup plus petite, mais le mètre-cube d'eau est à 1,41 euros. A titre de comparaison pour les grandes métropoles, le prix de l'eau à :

- Marseille : 3,71 €/M3 (Veolia)
- Toulon : 4,61 €/M3 (Veolia)
- Nice : 3,70 €/M3 (Régie)

L'enquête UFC Que choisir

L'association de consommateurs a décortiqué 1.000 factures d'eau dans les métropoles, villes moyennes et villages de France. Le montant a été calculé sur la base d'une consommation de 100 M3 d'eau par an, abonnement annuel inclus, pour que le prix soit comparable.
Le premier constat est que les prix sont très variables d'une commune à l'autre, qu’elle soit gérée en régie municipale ou syndicat ou par une société privée comme Veolia, Suez, Saur et Consort.

Il existe des services de l'eau exemplaires, tout autant que des dérives objectivement injustifiables

commente UFC Que choisir.

Pourquoi de tels écarts de prix ?

Invitée sur Europe 1, Elisabeth Chesnais, l'auteure de l'enquête, a expliqué que le prix dépend des conditions locales.

Si vous avez une eau souterraine qui n'est pas polluée, c'est moins cher à potabilité qu'une eau superficielle qui serait polluée. Mais ça n'explique pas l'écart vertigineux que nous avons constaté

affirme-t-elle. Elle ajoute que les différences de prix sont surtout liées au mode de gestion de l'eau, même si ce n'est pas toujours le cas.

La régie doit couvrir ses frais de fonctionnement et ses investissements alors qu'un opérateur privé doit engranger des bénéfices, rémunérer ses actionnaires. Il doit réaliser une marge en plus

Elle conclut que certaines régies délèguent une partie de ses réseaux au privé et dans ce cas, elles ne sont pas aussi compétitives.

Vous pouvez retrouver cette enquête et le prix du mètre-cube d'eau commune par commune sur le site d'UFC Que choisir.

Sur le même sujet

Prévention incendie : interview du directeur du SDIS 06

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer