Bouches-du-Rhône : le canal EDF de la Durance, un cimetière de voitures volées

Vol ou escroquerie à l'assurance, des centaines de voitures gisent au fond du canal d'EDF sur la Durance depuis plusieurs années. La sécheresse de l'an dernier a révélé l'ampleur du phénomène sur 11 kilomètres entre Saint-Chamas et Salon-de-Provence.
Un long travail pour identifier et remonter les voitures qui gisent depuis des années dans le canal EDF de la Durance.
Un long travail pour identifier et remonter les voitures qui gisent depuis des années dans le canal EDF de la Durance. © Sylvie Garat/FTV

C'est une drôle de pêche à laquelle s'adonne depuis lundi la brigade maritime et fluviale de Martigues. Au bout de la "ligne", la carcasse d'une voiture...

Sans l'épisode de grande sécheresse qui a fait considérablement baisser le niveau des eaux de la Durance l'été dernier, elle y serait encore. Mais un dépôt de plainte a permis l'ouverture d'une enquête de gendarmerie. 

Au total, ce sont 700 carcasses qui ont été repérées par les gendarmes plongeurs dans le canal EDF, sur quelques 11 kilomètres, entre Saint Chamas et Salon de Provence, dans les Bouches-du-Rhône. Des voitures volées pour la plupart, ou résultant d'escroqueries à l'assurance. 

Les plongeurs ont dénombré 700 carcasses empilées les unes sur les autres.
Les plongeurs ont dénombré 700 carcasses empilées les unes sur les autres. © Sylvie Garat/FTV

"On n'est pas épavistes, on intervient dans un cadre judiciaire, précise le lieutenant Sébastien Puccini, commandant la brigade fluviale et nautique de Martigues, sur les 700 on a pu identifier de manière quasi certaine 160, cette année on en extrait 78."

L'objectif, pour la gendarmerie c'est de rassembler des éléments, retrouver des empreintes ou de l'ADN pour identifier les auteurs ou les lier à des affaires en cours.

Lieutenant Puccini

Les véhicules doivent être identifiés par leur plaque d'immatriculation confirmée par le numéro de série. La tâche n'est pas toujours facile.

"Malheureusement, certains professionnels du vol, au-delà d'enlever les plaques, vont casser les vitres et vont découper ou limer les numéros de série", explique le lieutenant Puccini. 

Les gendarmes identifient les véhicules par leur numéro de série.
Les gendarmes identifient les véhicules par leur numéro de série. © Sylvie Garat/FTV

Les voitures qui ne sont pas identifiées ne seront pas sorties cette année. Depuis 2009, près de 2.000 véhicules ont été retirés des eaux du canal.

Ces opérations doivent se poursuivre pendant deux semaines.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement faits divers société