Calanques : ouverture d'une enquête publique sur les rejets de boues rouges

Une enquête publique va être réalisée du 17 août au 25 septembre sur le renouvellement de l'autorisation de rejets des déchets de l'usine d'alumine de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône . L'usine déverse depuis des dizaines d'années des "boues rouges" au large des Calanques entre Marseille et Cassis

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un problème d'environnement qui date de plusieurs dizaines d'années

Depuis près de 50 ans, l'usine de Gardanne,  un ancien site de production d'alumine de Péchiney et du géant minier anglo-australien Rio Tinto, racheté en 2012 par le fonds d'investissement américain HIG et renommé Alteo, bénéficie d'un droit à expédier ces résidus au large de Cassis, au milieu du Parc national des Calanques, qui expire au 31 décembre 2015. La préfecture avait programmé une première enquête publique du 20 avril au 5 juin 2015 sur ce sujet sensible avant de faire machine arrière et d'ordonner des études complémentaires sur le milieu, notamment des prélèvement d'espèces de poissons , "à la demande du ministère de l'Ecologie", précise la préfecture dans un communiqué.

Bras de fer entre Ségolène Royal et l'industriel Alteo

Depuis l'annonce en septembre de la décision du conseil d'administration du Parc national des Calanques de prolonger de 30 ans la dérogation accordée à l'industriel pour rejeter en mer des résidus liquides, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, et Alteo se livrent à une bataille d'expertises et de communication sur la nocivité des "boues rouges". Contraint par les engagements internationaux de la France, Alteo s'est engagé à stopper, au 31 décembre, tout rejet solide dans la Méditerranée. Mais l'industriel
a demandé à poursuivre les rejets liquides, inévitables selon lui , par la même conduite qui lui sert aujourd'hui à évacuer ses boues rouges.
La préfecture indique, "(qu')après clôture de l'enquête publique et remise du rapport de la commission d'enquête, le dossier sera soumis à l'avis du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) ainsi qu'au conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT)", puis "au vu de l'ensemble des avis", le préfet des Bouches-du-Rhône "prendra sa décision".