Covid et couvre-feu en Paca : découvrez le taux d'incidence de votre commune

Santé publique France publie la carte de France par commune du taux d'incidence du Covid. C'est l'indicateur principal de la pandémie de Coronavirus. Il est utilisé par le gouvernement pour le passage en zone d'alerte maximale. Les chiffres s'envolent en Paca, découvrez le taux de votre commune.
Découvrez le taux d'incidence dans votre commune
Découvrez le taux d'incidence dans votre commune © Santé Publique France
Les indicateurs de suivi de l'épidémie progressent chaque jour à Marseille, Nice ou Toulon comme dans les cinq départements de Paca (Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Hautes-Alpes, Var et Vaucluse).

L'indicateur principal de la pandémie de Coronavirus pour les agences de santé et le gouvernement est le taux d'indicende c'est-à-dire le nombre de personnes testées positives pour 100.000 habitants.

Briançon a par exemple un taux d'incidence de 1.056 pour 100.000 habitants. 
Les chiffres explosent partout dans l'Hexagone, où selon la carte de Santé Publique France, le taux d'incidence est supérieur à 1.000 dans de nombreuses communes.Le taux d'incidence en France est de 338 pour 100.000 habitants. 

Une situation tendue en réanimation à Marseille

Par département, c'est les Bouches-du-Rhône où le taux d'incidence est le plus important.
À Marseille, le service de réanimation de l'hôpital Nord est pratiquement à saturation. 55 lits sur 60 étaient occupés samedi 24 octobre. Un de ses chefs a interpellé le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran lors de leur visite sur les difficultés à venir.

"Nous arrivons bientôt à 60 lits. A partir de-là, nous ne savons pas comment nous allons faire", a indiqué l'un des responsables de la réanimation de l'hôpital Nord de Marseille.

À Martigues, le plan blanc a été activé face à l'augmentation du nombre de cas de coronavirus et l'afflut de patients à l'hôpital.

Un reconfinement envisagé par le Conseil scientifique 

La situation face au Covid est "difficile, voire critique", a estimé lundi Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, estimant qu'il faudrait au minimum durcir et étendre le couvre-feu face à une deuxième vague épidémique "brutale".

Selon lui, il y a "deux hypothèses" pour tenter de juguler cette deuxième vague.
    
La première est "d'aller vers un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le weekend". Après "10 à 15 jours (...) on pourrait regarder la courbe des nouvelles contaminations (...) et si on n'est pas dans la bonne direction, aller vers le confinement".
    
La deuxième hypothèse est "d'aller directement vers un confinement, moins dur que celui du mois de mars, qui permette à la fois le travail, qui évidemment s'accentuerait en terme de télétravail, qui permettrait probablement de conserver une activité scolaire et qui permettrait aussi de conserver aussi un certain nombre d'activités économiques".

Depuis vendredi minuit, le couvre-feu est mis en place dans cinq des six départements de Paca. Seul les Alpes-de-Haute-Provence est pour le moment épargné.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société paca