Cet article date de plus de 3 ans

Les élus Les Républicains et FN votent ensemble une motion anti-migrants en PACA

Le conseil régional de Paca, présidé par Christian Estrosi (Les Républicains) a adopté ce jeudi une motion présentée par sa majorité contre l'accueil de migrants, votée également par l'opposition FN, qui n'en a pas moins crié au "plagiat".

Le conseil régional de Paca, présidé par Christian Estrosi (Les Républicains) a adopté ce jeudi une motion présentée par sa majorité contre l'accueil de migrants, votée également par l'opposition FN, qui n'en a pas moins crié au "plagiat"
Le conseil régional de Paca, présidé par Christian Estrosi (Les Républicains) a adopté ce jeudi une motion présentée par sa majorité contre l'accueil de migrants, votée également par l'opposition FN, qui n'en a pas moins crié au "plagiat" © f3
"Accueillir plus de 1.000 clandestins d'ici à la fin 2016 semble à la fois irréaliste et irresponsable", énonce le texte, qui prévoit que les présidents d'exécutifs locaux "soient saisis" et "puissent s'opposer" à l'accueil de migrants clandestins et soutenir les communes qui s'y opposent. 

Reportage et réactions :
durée de la vidéo: 01 min 43
Paca : élus Les Républicains et FN votent ensemble une motion anti-migrants


La Région Paca, qui ne compte plus que des conseillers régionaux de droite et d'extrême-droite depuis les régionales de 2015, "s'oppose par tous les moyens légaux à l'établissement de mini +jungles de Calais+, est-il écrit.

Avant le vote de la motion, la présidente du groupe FN, Marion Maréchal-Le Pen, avait accusé le président de région Christian Estrosi de "plagiat" arguant avoir déposé une motion similaire avant le groupe LR. 

"Probablement pris de cours par cette initiative et gêné à l'entournure de devoir voter une motion du FN, (M. Estrosi) a lui-même déposé dans la foulée une motion quasiment identique en un peu plus soft", a-t-elle dit. "Christian Estrosi se rend compte que nous sommes devenus incontournables (...) et se sent obligé de tenir compte de nos propositions, voire de les plagier." 

Mme Maréchal, vous pensez qu'on a besoin de vous plagier ?

"Mme Maréchal, vous pensez qu'on a besoin de vous plagier?", lui a demandé M. Estrosi.

Vous n'avez plus d'oxygène, vous êtes sous respiration artificielle, vous vous sentez obligés de courir dernière n'importe laquelle de nos initiatives, lui a-t-il dit.


La motion FN ne comporte "pas un seul espace d'humanité pour faire la différence entre les clandestins et ceux qui doivent bénéficier du droit d'asile", a-t-il déclaré: "La vérité c'est que vous confondez tout (...) car vous voulez instrumentaliser les peurs et les angoisses légitimes des Français."
Dans sa motion, le FN engageait la Région "à s'opposer au plan d'accueil des migrants" et à "ne verser aucune subvention" aux associations d'aide aux migrants. 
Après ces passes d'armes, les élus régionaux FN ont finalement voté en faveur de la motion présentée par les Républicains, adoptée à l'unanimité moins une abstention. 

La motion présentée par le FN a quant à elle été rejetée par la majorité régionale. La gauche n'est pas représentée dans l'hémicycle de Paca, conséquence du retrait des socialistes dans l'entre-deux-tours, pour faire barrage à l'extrême droite.

"En votant avec le Front National cette motion, le président de la Région Paca a déserté le terrain des valeurs, de l'éthique et du sens républicain", a réagi le Parti socialiste dans un communiqué, accusant la droite de faire "thème et thèse communs" avec l'extrême droite.
M. Estrosi "a tourné le dos à celles et ceux qui croient qu'il existe une différence entre les Républicains - les vrais - et une extrême-droite qui ne l'est pas", poursuit le PS. 

Selon la préfecture, 471 migrants dont 215 mineurs qui ont quitté Calais lors du démantèlement de la jungle sont arrivés en région Paca, à la date de jeudi.
L'accueil des réfugiés est une compétence de l'Etat.
- Avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration paca économie les républicains politique rassemblement national marion maréchal-le pen