Estrosi dénonce “mensonges, agressions, calomnies et insultes” du FN à son encontre

Dans la main de Christian Estrosi, un flyer du FN / © BORIS HORVAT / AFP
Dans la main de Christian Estrosi, un flyer du FN / © BORIS HORVAT / AFP

Le candidat Les Républicains en Paca Christian Estrosi a dénoncé mardi au cours d'un point presse à Marseille la multiplication des attaques à son encontre par "Marion Maréchal Le Pen (FN) et ses hommes de mains", notamment une allusion "ignoble" de Jean-Marie Le Pen sur son père.

Par Catherine Lioult

Le candidat Les Républicains en Paca Christian Estrosi a tenu une conférence de presse à Marseille. Il a dénoncé des attaques personnelles de son adversaire frontiste et de son entourage.

Voilà des semaines que Marion Maréchal Le Pen et ses hommes de mains multiplient les mensonges, les agressions, les calomnies et les insultes à mon endroit. Hier (Lundi) sur le plateau d'iTELE, Jean-Marie Le Pen a franchi un nouveau pas dans l'ignoble



a tonné Christian Estrosi s'indignant du propos du fondateur du FN qui a déclaré "je voudrais bien savoir où était le père d'Estrosi pendant la guerre".

Déplorant que Marion Maréchal Le Pen ne se soit pas désolidarisée "des horreurs proférées" par son grand-père, "qui est son gourou, son inspirateur et son protecteur", M. Estrosi a tenu à prévenir les électeurs de Paca :

au delà de la mémoire de mon père que je veux défendre, je veux alerter les habitants de notre région. Derrière les sourires, il y a l'intolérance. Derrière la jeunesse portée en étendard, il y a les vieilles pratiques hideuses de la pire extrême droite



Le maire de Nice a rappelé plusieurs attaques de même nature notamment "une rumeur insistante s'en prenant à sa fille et prétendant qu'il l'avait "mariée en cachette à un islamiste radical", affaire pour laquelle "une militante" du Front national
a été condamnée, selon lui, ou plus récemment, "un tweet honteusement antisémite" de Jean-Marie Le Pen publié dimanche puis retiré au bout de quelques heures.

M. Estrosi a conclu son point presse en s'adressant aux "5 millions d'électeurs provençaux" martelant, "oui résistance, oui résistance, oui résistance".

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus