Cet article date de plus de 3 ans

Briançon : des migrants mis à l'abri dans la gare puis évacués

Ce week-end, plusieurs dizaines de migrants africains ont été installés dans la gare de Briançon (Hautes-Alpes) par des associations débordées par un afflux de nouveaux arrivants. Ils ont été évacués par les forces de l'ordre ou pris en charge.

Le week-end dernier, jusqu'à 120 personnes ont dormi dans la gare de Briançon.
Le week-end dernier, jusqu'à 120 personnes ont dormi dans la gare de Briançon. © PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP
Plus d'une centaine de personnes qui ont franchi irrégulièrement la frontière entre l'Italie et la France sont arrivées dimanche 8 avril au Refuge Solidaire, une structure d'accueil bénévole d'une quinzaine de places à Briançon.

"L'inertie" des pouvoirs publics et l'impossibilité de les héberger ailleurs a amené les bénévoles à les installer dans la gare, a expliqué Alain Mouchet, un des responsable du Refuge Solidaire, à la télévision locale DICI TV.

Une gare propre et rénovée

"On a une grande gare, rénovée et propre. Chauffée. On ne gêne ni la grève des cheminots ni la circulation des trains", a assuré à l'AFP Michel Rousseau de Tous Migrants. "Les conditions sont encore hivernales; on n'est pas sur la Côte d'Azur! Il neigeait ce matin. On est dans l'assistance à personne en danger et la mise à l'abri", a ajouté Stéphanie Besson, du même mouvement citoyen.

Dans la nuit de lundi à mardi, selon le mouvement, 120 personnes ont dormi dans le hall sur des matelas. La moitié est partie mardi. Les 24 mineurs qui étaient à Briançon depuis trois jours sont partis le même jour dans un bus du conseil départemental pour aller à Gap et trois autres sont hébergés par des structures à Briançon.

"32 personnes sont parties pour Grenoble dans un car affrété par la mairie de l'Argentière-la-Bessée, mais sans que l'on sache si une prise en charge les attend en Isère ou si elles vont se retrouver dehors", précise Stéphanie Besson de Tous Migrants.

D'autres personnes pourraient arriver

"Les bénévoles italiens nous ont averti que de nombreux candidats au passage attendaient de leur côté",  ajoute-t-elle. Dans ces conditions, une poursuite de l'occupation de la gare était envisagée.

La SNCF demande l'aide des forces de l'ordre

La SNCF a demandé le concours de la force publique pour qu'il soit procédé à l'évacuation des locaux afin "d'assurer la continuité du service ferroviaire dans le respect des conditions de sécurité et de confort pour l'ensemble des usagers". Ce mardi, à l'arrivée des forces de l'ordre en fin d'après-midi, les personnes présentes se sont immédiatement dispersées, dans le calme.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration