Christiane Taubira à Briançon : "Je suis dans la campagne pour que les gens ne morflent pas 5 ans de plus"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Louise Beliaeff avec AFP

En visite à Briançon sur le thème des migrants, Christiane Taubira s'est exprimée pour la création d'une "agence européenne de l'asile". La candidate à l'élection présidentielle a également adressé un message à Eric Zemmour.

Christiane Taubira a fait campagne à Briançon, dans les Hautes-Alpes, ce mercredi, autour de la question migratoire. À son arrivée, l'ancienne ministre de la Justice a été chahutée par des militants pro-migrants.

Une vingtaine de bénévoles associatifs et militants altermondialistes "No border" ont brandi des banderoles sur le passage de la candidate où était écrit : "l'accueil n'est pas une marchandise électorale" ou encore "Taubi gratte des votes", lui reprochant notamment son appartenance passée au gouvernement de Manuel Valls.

La candidate a été contrainte de raccourcir son déplacement et de renoncer à la visite dans une association locale d'aide aux migrants. 

Pour "la création d'une agence européenne de l'asile"

Après avoir rencontré les responsables de refuges accueillant des migrants à Briançon autour d'un café, l'ancienne Garde des Sceaux s'est dite favorable à la "création d'une agence européenne de l'asile qui permettrait de sortir de l'absurdité de Dublin", du nom du règlement européen controversé qui régit la circulation des migrants au sein de l'espace Schengen.

"La solidarité des Briançonnais et des Briançonnaises montre que des Françaises et des Français, partout sur le territoire, ont une notion haute, élevée, de ce qu'est la solidarité et ces personnes sont notre conscience et l'honneur de la République", a salué Mme Taubira, dans ce département qui est l'un des principaux points de passage des migrants depuis l'Italie.

Selon Mme Taubira, le règlement de Dublin "aiguise les égoïsmes nationaux" et "c'est un dispositif qui facilite le broyage de personnes qui sont en détresse".

L'accueil des migrants "ne peut pas continuer à reposer sur la bonne volonté, l'engagement, l'énergie, les efforts, les moyens de bénévoles. Ce sont des politiques d'État qui doivent avoir lieu", a ajouté la candidate de gauche, en soulignant que "la solidarité est un devoir".

Elle a également appelé à mettre "tous les moyens contre les passeurs". "On doit cesser de gaspiller les moyens d'Etat pour courir de façon inefficace contre des personnes qui de toute façon jouent leur vie".

Christiane Taubira, sans citer de nom, a fustigé les "personnes qui vont se pavaner à Calais, à Menton et qui proclament qu'on va faire une politique des barbelés".

Monsieur Zemmour ne m'intéresse pas.

Christiane Taubira

BFM

Interrogée sur sa participation à un possible débat avec le candidat d'extrême droite Eric Zemmour, Christine Taubira a dit qu'elle n'allait "pas chercher un débat avec M. Zemmour parce qu'il ne (l)'intéresse pas".

"Si le service public de télévision par exemple organise un débat avec l'ensemble des candidats confirmés, je participerai à ces débats", a-t-elle poursuivi.