Hautes-Alpes : une migrante accouche in extremis après un contrôle douanier

La route des migrants dans la neige à la frontière franco-italienne. / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
La route des migrants dans la neige à la frontière franco-italienne. / © PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Arrêtée avec d'autres migrants, une Nigériane enceinte de huit mois et demi, qui était entrée en France par le col de Montgenèvre samedi, a pu accoucher à l’hôpital de Briançon après quelques péripéties.

Par Eliane Tourtet

Une Nigériane enceinte de huit mois et demi a été arrêtée samedi dernier avec 5 autres migrants, après un contrôle à la frontière entre la France et l’Italie. Elle a finalement été conduite à l’hôpital de Briançon pour accoucher. Une issue heureuse pour elle et son bébé.

Découverte en maraude


Comme d’autres personnes dans le Briançonnais, Benoît Ducos maraude régulièrement au col de l’Echelle et au Montgenèvre. Samedi soir avec un camarade, il rencontre 6 migrants qui marchent dans la neige pour éviter les contrôles. Une femme ne peut plus marcher, deux hommes la portent. Les maraudeurs leur donnent à manger. Ils apprennent que la femme est enceinte et décident de la faire monter dans leur voiture pour la conduire à l’hôpital. Benoit Ducos raconte la suite sur le site Infomigrants :

Sur le chemin de l’hôpital, elle souffrait tellement que j’ai accéléré. On est alors tombés sur un barrage. Les policiers nous ont posé les questions habituelles : Qu’est-ce que vous transportez ? Est-ce que les gens qui sont avec vous ont des papiers ? (...) Nous avons attendu une heure qu’ils se décident à appeler les pompiers.


Contrôle douanier


En arrivant à Briançon, leur véhicule est stoppé par un contrôle douanier. Selon les maraudeurs, les douaniers auraient tergiversé et perdu du temps. Les services de l’Etat affirment que les douaniers ont aussitôt compris la gravité de la situation et appelé les pompiers. Conduite au centre hospitalier de Briançon, elle accouchera in extremis par césarienne. Le père retenu au commissariat pourra rejoindre son épouse sur insistance du personnel de l’hôpital. Benoît Ducos témoigne :

Elle pouvait y rester.


Les maraudeurs confient que la situation était difficile. Les associations dénoncent une situation « insensée ». Si la soirée a failli mal tourner, aujourd’hui la maman et le petit Daniel sont en bonne santé.

Sur le même sujet

C.Estrosi au Festin Nissart

Les + Lus