La région PACA en vigilance face à un nouveau pic de pollution atmosphérique

Ce jeudi, une masse d'air saharienne vient, à nouveau, recouvrir la région. Elle s'ajoute à des polluants déjà présents dans l'atmosphère. De quoi placer trois départements en alerte pollution de niveau 1. 

Les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et les Hautes-Alpes sont placés en alerte pollution atmosphérique de premier niveau (sur trois).
Les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et les Hautes-Alpes sont placés en alerte pollution atmosphérique de premier niveau (sur trois). © Google Map

C'est la troisième vague de sable en à peine un mois dans la région PACA, et plus largement, sur toute la France. Un phénomène exceptionnel qui se reproduit, en temps normal, trois fois par an et non pas sur une période aussi courte de quelques semaines. 

Il s'agit de particules fines qui mesurent de 0,2 à 1 micromètre. Invisibles à l'oeil nu, elles peuvent s'infiltrer dans les poumons. 

Paul Marquis, expert météo, nous explique : "Les dépressions passent près de l'Afrique, remontent et emportent avec elles des poussières désertiques issues directement du Sahara. Ces dernières viennent s'ajouter à des polluants déjà présents dans l'atmosphère, ceux dus au chauffage et au bois en hiver. Ce qui aggrave la qualité de l'air."  

Une alerte de premier niveau (sur trois) a donc été activée par AtmoSud, association agréée de contrôle de la pollution de l'air, pour les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et des Hautes-Alpes. 

Si la masse d'air saharienne reste actuellement cantonnée en France, en Suisse, en Italie et en Allemagne, ce n'était pas le cas lors de la vague précédente. Les 21 et 22 février derniers, du sable avait été retrouvé jusqu'en Suède et en Norvège. 

"Le sable peut parcourir des milliers de kilomètres. On a estimé, en terme de poids, à plus de 1000 tonnes de poussières désertiques présentes dans l'air après cette deuxième vague" ajoute Paul Marquis, météorologue indépendant. 

Problème : L'absence de vent et le temps calme en Europe font actuellement stagner ces remontées sableuses. 

Ces particules de sable, qui ne peuvent être évacuées pour le moment, s'avèrent particulièrement dangereuses pour les personnes vulnérables et sensibles comme les femmes enceintes, les personnes âgées, les jeunes nourrissons et les personnes présentant des troubles asthmatiques, cardiovasculaires ou respiratoires. 

AtmoSud conseille donc d'aérer régulièrement son logement pendant au moins 10 minutes et déconseille de pratiquer une activité sportive de manière intensive.

Il recommande également de limiter les déplacements, surtout en période de forte affluence, et d'arrêter l'utilisation des appareils de combustion non permanents. 

Le brûlage à l'air libre est interdit dans tout le département, sauf en cas de débroussaillement obligatoire. Quant aux chantiers provoquant poussières et fumées, ils sont à reporter si possible.

Enfin, pour éviter la diffusion de ces particules, l'usage des véhicules motorisés polluants est déconseillé. 

Présentes dans l'atmosphère depuis mardi midi, ces poussières du Sahara devraient s'en aller ce vendredi grâce à un vent du Nord-Ouest qui laissera place à un ciel plus clair et à un air moins pollué. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement paca économie nature météo