Savines-le-Lac : Fred le survivaliste estime les mesures de déconfinement insuffisantes

Fred Cuvelier s'est confiné avec sa femme et ses trois enfants, en prenant d'énormes précautions. Cette fin de confinement ne le rassure pas. Selon ce survivaliste, il faut aller beaucoup plus loin dans les mesures de protection individuelles.

Pour Frédéric Cuvelier, survivaliste, il faut aller beaucoup plus loin dans les mesures de protection individuelles.
Pour Frédéric Cuvelier, survivaliste, il faut aller beaucoup plus loin dans les mesures de protection individuelles. © Frédéric Cuvelier
Frédéric Cuvelier a effectué un retour à la nature il y a une dizaine d’années. Depuis Savines-le-Lac où il habite, il organise des stages de survie dans le désert ou la jungle, mais aussi en cas de problème nucléaire ou d’épidémie…
Il raconte :

"Comment survivre au virus Ebola, c’était justement mon dernier stage, avant l’arrivée du coronavirus. Certains ont relevé la coïncidence ?"

Fred se définit comme un homme prévoyant, loin des survivalistes extrémistes dont la plupart se sont armés.

Partant du principe que le survivaliste doit s'adapter aux circonstances, au climat et à son milieu, il exploite les ressources à sa disposition, qu'elles soient naturelles ou dans une vie plus urbaine. 

Lorsque le confinement a été décidé, lui, sa femme et leurs trois enfants étaient déjà prêts. Avec des stocks suffisants de vivres, mais aussi de masques, de gel, et de lunettes, ils se sont confinés chez eux, au cœur du village.

"Un yoyo émotionnel"

Sur la gestion de la crise, Fred Cuvelier est critique :

"Je pensais que ça allait être mieux géré. A la place, on a eu affaire à un yoyo émotionnel. Le stress et l’inquiétude sont des mangeurs d’énergie". 

"Lorsque l’on a une situation à gérer, la première chose est d’éviter que cela ne s’aggrave, 
dit il. Il y a eu un manque de plan. Personne n’a bien compris… Les masques, lesquels sont utiles ? La carte … rouge ou verte ?...." Pour le déconfinement, le Haut-alpin compte bien rester prudent.

"La première chose que l’on va faire ma famille et moi, c’est partir en bivouac dans la forêt, et ne rencontrer personne. On va attendre d’ici une semaine, pour aviser de la suite, annonce-t-il. Pour ma part, je ne changerai rien de mes attitudes avant un certain temps."

Le déconfinement : « des mesures insuffisantes »

Selon le survivaliste, les mesures préconisées pour sortir du confinement ne sont pas suffisantes.

"Je n’ai aucune confiance dans les mesures de déconfinement prises. Il est évident que le nombre de cas positifs va repartir à la vitesse grand V."
 Les contaminations de virus sont connues : elles passent par la bouche, le nez, les yeux, et le contact physique.
Ne pas s’en prémunir, pour Fred Cuvelier,

c’est comme si on allait au combat sans gilet pare-balles.

"Il faut aussi des lunettes, deux paires de gants. Et connaître les bons gestes pour enfiler son masque. J’alerte tout mon réseau à ce sujet.
Il manque une véritable information et formation sur l’utilisation du masque. Il faut enseigner les gestes. J’ai fait des vidéos à ce propos. J’ai déjà 12.000 vues en même pas trois semaines."


Coup du sort : l’école de survie atteint ses 10 ans d’existence cette année. En principe cela se fête… Mais Fred Cuvellier saura, une fois encore, s’adapter…
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société