Trois morts dans une avalanche dans les Hautes-Alpes, à Villar-d'Arène

Ce lundi matin, autour de 11 heures, l'hélicopère du PGHM de Briançon arrive sur la commune de Villar-d'Arène. Le médecin du SMUR constate que trois personnes sont mortes dans une avalanche. 

Illustration de l'hélicoptère du PGHM
Illustration de l'hélicoptère du PGHM © LP/Yann Foreix / Maxppp

Selon les informations données par les gendarmes du PGHM de Briançon, l'avalanche s'est déclenchée vers 10h30. Trois personnes ont été tuées. 

Elles avaient toutes dormi au refuge Adèle Planchard, à 3.200 mètres d'altitude, ouvert pour l'occasion. Le guide âgé d'une trentatine d'années, est originaire d'Isère. Il accompagnait un couple, âgé de 25 et 28 ans, originaire de Grenoble. Tous trois sont partis ce lundi matin pour une course de ski alpinime. Un itinéraire assez classique.

Les trois victimes ont été emportées par une coulée de neige, une plaque se serait décrochée. Elles ont dévissé sur une longueur d'environ 400 mètres, selon les secouristes. Ce sont d'autres alpinistes, à proximité, qui ont alerté les secours. 

L'hélicoptère du PGHM a décollé de Briançon avec à bord un médecin du SMUR, deux secouristes du PGHM et une équipe cynophile. Ils sont arrivés sur place vers 11 heures.

L'avalanche s'est déclenchée dans le secteur dit de "La grande Ruine", à plus de 3000 mètres d'altitude, sur la commune de Villar-d'Arène, dans les Hautes-Alpes.

Arrivé sur place, le médecin a déclaré le décès des trois personnes.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Gap pour "homicide involontaire". Elle a été confiée au PGHM de Briançon. 

Deux morts et plusieurs blessés dans l'Isère

Dans l'Isère, massif de l'Oisans, deux autres personnes sont décédées ce lundi dans des avalanches.

L'avalanche de printemps est un phénomène connu. Les variations de température ont été très importantes. Après les conséquentes chutes de neige de la semaine dernières tombées sur un manteau instable, "iI y a des jours où il ne faut pas aller dans le raide, dans les pentes de plus de 30°" explique Alain Duclos, président de l'association data-avalanches "et ces jours-ci en font partie"

"Nous ne fermons jamais les massifs", explique le reponsable de communication de la préfecture des Hautes-Alpes "La montagne est libre, elle se pratique en connaissance de cause. On informe du risque, c'est à l'usager de préparer son matériel et d'envisager le danger."  

Les départements alpins étaient placés en vigilance jaune par Météo France lundi en raison du risque d'avalanche. Ils le seront certainement toute la semaine.     

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers avalanche nature montagne police sécurité