"Un rêve de gosse" : Simon Billy remporte la Coupe du monde de ski de vitesse

Le Français Simon Billy a remporté le globe de cristal en ski de vitesse lors de la Coupe du monde en Suède. Une grande première pour le sportif qui s'entraîne à Vars dans les Hautes-Alpes. Il devient l'homme le plus rapide du monde dans sa discipline cette saison.

 

Simon Billy a remporté trois étapes de la Coupe du monde de ski de vitesse en Suède.
Simon Billy a remporté trois étapes de la Coupe du monde de ski de vitesse en Suède. © Louis BILLY

Il vient de Vars et a touché les étoiles. Ce week-end, Simon Billy a remporté le globe de cristal pour la première fois de sa carrière à Idre Fjäll, en Suède, lors de la Coupe du monde de ski de vitesse. "Un rêve de gosse", la consécration d'un travail acharné et d'une détermination d'acier pour ce skieur de 29 ans.

Simon Billy n'est toujours pas redescendu des monts enneigés de Suède. Il flotte sur un nuage et savoure le premier titre majeur de sa carrière, celui qu'il attendait depuis un long moment.

"Plus le temps passe et plus je réalise la performance que je viens de faire, nous confie-t-il au téléphone sur son trajet retour en France. Je suis très satisfait du travail accompli parce qu’il y a eu énormément de préparation derrière".

Une préparation particulière

Pour celui qui s'entraîne sur les pentes de Vars à plus de 200 km/h, la Coupe du monde à Idre Fjäll était un défi. "Ce sont des pistes que je découvre. Je n'ai pas l’habitude de skier comme ça sur des pistes qui sont beaucoup moins rapides que Vars. Ce sont des sports différents"

Autre challenge : l'annulation de nombreuses courses à cause de la crise sanitaire du Covid-19. "On a fini par jouer ce globe de cristal sur seulement trois étapes ici en Suède", explique-t-il.

"C'est frustrant, c'est court, mais ça n’enlève rien à la performance, affirme-t-il. C’était un gros rush, un gros sprint. Trois courses, ça ne donne pas le droit à l’erreur. Si jamais on se plante sur un run, on n'a pas le temps de rattraper. Il fallait être présent sur les trois compétitions".

Et Simon l'a fait. Le natif de Montpellier a remporté toutes les manches de sa discipline avec des chronos de 171,47 km/h, 173,22 km/h et 178.69 km/h. Ci-dessous, le run de Simon Billy : 

La chute m'a rendu plus fort.

Simon Billy

Un exploit, quatre ans après une lourde chute à plus de 230km/h. Le 30 mars 2017, le skieur participe aux Speed Masters, mais la journée est chaude et la neige trop molle. La chute spectaculaire dure 20 secondes. Il se luxe le coude, les ligaments du genou sont touchés, la cheville et le pouce également.

Depuis ce jour, Simon Billy vit avec la chute. "Elle est toujours là, au quotidien. Il y a toujours un moment dans la préparation, quelques minutes avant la descente, où je vais avoir un flash. Ce sera à vie", décrit-il.

"La chute m'a rendu plus fort, elle a changé ma façon de skier, je réfléchis plus qu’avant. Je m’entraîne plus dur qu’avant car je n’ai pas envie de revivre un accident"

Une victoire collective

Quelques heures après sa victoire samedi, Simon Billy a tenu à partager la bonne nouvelle sur les réseaux sociaux en mentionnant l'importance de sa "team" : "mon père et mon frère Louis Billy qui me suivent et m’accompagnent au quotidien dans cette aventure humaine fantastique".

"Ce que je vis en ce moment, c’est plus que du sport, témoigne le champion. Je skie dans les traces de mon père depuis tout petit. Sans lui, sans mon frère, je n’aurais jamais les résultats que j’ai aujourd’hui".

Philippe Billy, le père de Simon, est le premier à avoir dépassé les 230km/h à Vars en 1996. Il établit un record du monde sur la piste de Chabières en 1997, avec 243,902km/h au chrono.

Simon Billy parle d'une victoire collective.
Simon Billy parle d'une victoire collective. © Louis BILLY

Simon Billy n'oublie pas ses amis proches, ainsi que le staff de l'équipe de France. "On peut parler de performance individuelle, mais je n’y crois pas. Derrière il y a énormément de personnes, et c’est pour que ça que je tiens à souligner que ce globe est une performance collective".

La légende Origone détrônée

Simon Billy s'est imposé devant la légende, l'Italien Simone Origone, 41 ans, onze fois vainqueur du général de la Coupe du Monde de ski de vitesse (ou KL) et détenteur du record du monde avec 254,958 km/h au compteur. Il a détrôné Philippe Billy en 2006.

"C'est une légende vivante de ce sport, s'incline Simon Billy. J’ai un immense respect pour lui. Il a vraiment amené le KL au top niveau. Pour ça, je le remercie. Si aujourd’hui les skieurs ont un tel niveau, c’est grâce à lui".

"Quand j'ai commencé en 2009, il était déjà là et il gagnait déjà. J’ai fait ma progression face à lui et il m’a toujours relégué à la seconde place… Ca me brisait le moral", se remémore-t-il en riant. 

"Pour aller le chercher, il faut aller puiser dans nos réserves, il faut s’entraîner mentalement, physiquement, techniquement, sur tous les aspects". Et Simon Billy l'a fait, lui qui ne tourne sur le circuit complet que depuis trois ans.

Trois runs, trois victoires.
Trois runs, trois victoires. © Louis BILLY

Simon Billy détient pour l'instant le record de ski de vitesse tricolore avec 252,809 km/h. "Je ne me relâche pas, je vais continuer de travailler pour l’hiver prochain car je sais que Simone a les ressources pour revenir au top, c’est un grand champion".

Mais Simon n'est pas prêt de céder sa place à Simone. "Je suis ultra optimiste pour la suite, cette victoire me donne envie d’aller en chercher d’autres".  Et peut-être qu'un jour, le record du monde de ski de vitesse sera à nouveau détenu par un Billy. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport ski