Marseille : Campus de l'UMP

Les phrases de la deuxième journée et les jeunes du Campus.

video title

Marseille : Campus UMP

Résumé de la deuxième journée du Campus de l'UMP au Parc Chanot à Marseille.

Marine Pustorino, Jeune populaire 13 et Fabrice Durand, Président des jeunes populaires 13 ont répondu aux questions de Thierry Bezer.

 
 

Le gouvernement contraint à une machine arrière sur la TVA sur les parcs à thème
Jean-Pierre Raffarin, figure de l'UMP, a remporté son bras de fer avec Nicolas Sarkozy en obtenant l'abandon définitif de la hausse à 19,6% de la TVA sur les billets d'entrée sur les parcs à thème, l'une des mesures du plan d'austérité Fillon. "Je me réjouis du retrait du projet d'augmentation de la TVA sur les parcs à thème (...) Le président me l'a confirmé hier soir" au téléphone, s'est félicité samedi l'ex-Premier ministre en arrivant au Campus de l'UMP à Marseille, où il venait présider un Conseil national décentralisé.

Sur l'état de sante de Jacques Chirac

L'état de santé de Jacques Chirac s'est dégradé ces derniers mois, au point que l'ancien président de la République a reconnu ne plus avoir "l'entière capacité" pour assister à son procès, dans une lettre adressée vendredi au tribunal et rendue publique samedi par ses avocats.
Christian Estrosi, ancien ministre et député UMP : "J'ai beaucoup de respect
pour le président Chirac et je souhaite que la nation tout entière regarde avec
respect un homme qui a beaucoup servi son pays".

Renaud Muselier : "On est dans une situation où on va toujours avoir des commentaires
desagréables; s'il n'y va pas on va dire qu'il est gravement malade, s'il y va on va décortiquer tout ce qu'il dit". "Puisqu'il y a procès, le procès va durer normalement une semaine. Pour autant quel intérêt, vingt ans après ?". Il dit avoir vu Jacques Chirac "avant les vacances".  "Il a un problème réel d'audition parce qu'il ne souhaite pas s'appareiller et il n'entend pas très bien donc il faut parler fort, et comme toute personne de cet âge il y a des hauts et des bas mais sinon il n'y a rien de grave".