Josiane et Pierre, ce couple isolé dans la Roya aidé par des bénévoles dont Wilfrid : "pour nous, c'est le Bon Dieu !"

Isolés depuis toujours, mais coupés du monde depuis la tempête. Josiane et Pierre, 160 ans à eux deux peuvent compter sur le soutien de Wilfrid et son équipe de bénévoles. Toutes les deux semaines, des vivres leur sont apportés par la maigre piste qui mène à leur maison dans la vallée de la Roya.

Josiane et Pierre vivent dans un hameau isolé de la Roya.
Josiane et Pierre vivent dans un hameau isolé de la Roya. © Wilfrid Bricourt

Josiane et Pierre vivent dans un hameau où ils sont les seuls habitants. Le hameau de la Louba est situé sur la commune de Fontan dans les Alpes-Maritimes.

Leur maison n'a pas souffert de la tempête mais la piste menant au village, réparée par Force 06 (La Force Opérationnelle Risques Catastrophes Environnement des Alpes-Maritimes), reste impraticable en voiture, seule solution se déplacer à pied.

Google Maps ne connaît même pas leur adresse, au coeur de la vallée de la Roya... C'est dire !

Une aide inattendue 

Au matin de la tempête, les premiers être venus les voir ce sont bien sûr leurs enfants, Nadége et Frédéric. Tous les deux leur ont apporter des vivres tous les deux jours. Leur fille, pompier parle à Wilfrid de ses parents isolés. Originaire de Camaret-sur-Aigues dans le Vaucluse, ce sculpteur est venu aider dans les vallées dès les premiers jours.

"Il a été vraiment extraordinaire, il est monté les mains pleines. Des bouteilles d'eau, du ravitaillement... Depuis la tempête, il m'a fait pleurer plein de fois !" confie leur fille.

Wilfrid Bricourt a monté son association "Aide aux sinistrés" après la catastrophe. Son objectif est inscrit comme un slogan sur ses réseaux sociaux : "afin d'aider au mieux les sinistrés de la vallée de la Roya, nous essayons d'apporter des aides concrètes".

Depuis, toutes les deux ou trois semaines, il passe voir le couple. 

Ils sont isolés et à chaque passage dans la Roya, je vais les voir. Au final, c'est moi qui repars le ventre plein !

Wilfrid Bricourt, bénévole.

De fil en aiguille, c'est une véritable amitié qui s'est créée. "Ils sont âgés donc ce n'est pas simple d'être isolé, ils mettent plus d'une heure pour aller jusqu'à leur véhicule. Nous, on se gare en bas et on monte à pied leur apporter des vivres." 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par aide aux sinistrés (@groupement_solidaire_roya)

Wilfrid et son équipe prennent la piste précaire pour leur rendre visite comme sur ces photos partagées sur les réseaux sociaux dimanche 17 janvier. Presque quatre mois après la tempête.

Le couple d'octogénaires n'a pas l'eau courante, mais est raccordé à un bassin. "On avait plus d'eau après la tempête et aujourd'hui, on en a plus non plus, car elle est gelée. "Il nous en a toujours apporté. Ce qui est extraordinaire, c'est que son aide est sur la longueur. Au final, entre lui et nos enfants, on a manqué de rien !" Explique Josiane. 

Pour Josiane et Pierre, cette aide est d'un immense soutien.

"Je n'ai pas les mots pour le décrire, tellement il est incroyable ! Pour nous, c'est le Bon Dieu !".

raconte Josiane, émue.

Partir ? Jamais ! 

Le couple vit dans le hameau depuis leur retraite, c'est à Nice qu'ils ont passé leur vie active. A l'idée de partir, ils répondent :"Ah non, jamais !".

De temps en temps, ils descendent au village, eux aussi à pied souvent pour des rendez-vous médicaux :"Descendre ça va, mais c'est pour remonter que c'est plus compliqué, il ne faut pas avoir oublié le beurre" ricane Josiane. Pour un aller-retour, il leur faut 1 heure 30 à 2 heures de marche. 

Alors dès qu'ils entrevoient Wilfrid, c'est une bouffée d'oxygène :

La chaleur humaine qu'il nous apporte, c'est énorme !

Wilfrid et son équipe de bénévole chez Josiane et Pierre.
Wilfrid et son équipe de bénévole chez Josiane et Pierre. © Wilfrid Bricout

Et Wilfrid ne compte pas les laisser tomber :" Début février, on va aller récolter avec eux leurs olives. On va s'organiser pour ne pas qu'ils ne perde leur récolte. Ce qu'on veut, c'est que leur vie dans leur petit hameau ne soit pas trop perturbée" explique le bénévole.

Une vraie piste

Malgré cette solidarité, il y a une ombre au tableau : "Les agents de Force 06 nous ont désenclavés, mais la piste reste quand même très mauvaise, il faudrait la refaire encore. Si on est malade, on n'a pas de solution" voilà, ce qui inquiète aujourd'hui Josiane. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par aide aux sinistrés (@groupement_solidaire_roya)

Vous pouvez suivre les actions solidaires de Wilfrid Bricourt et de son association sur la page Facebook d'entraide aux sinistrés ainsi que sur son compte personnel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vallée de la roya nature parcs et régions naturelles intempéries météo solidarité société