Cet article date de plus de 4 ans

L'arrêté anti-burkini de Fréjus examiné au tribunal de Toulon mardi

L'avocat niçois Sefen Guez Guez a déposé un référé liberté contre les arrêtés anti-burkini des communes de Nice, Roquebrune-Cap-Martin, Menton et Fréjus. Pour Fréjus, l'audience aura lieu mardi à 14h30 à Toulon. Pour les autres, ce sera mercredi à Nice. 
© PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN
Quatre villes de la Côte d'Azur, Nice, Menton, Roquebrune-Cap-Martin et Fréjus, ont été assignées en justice par le comité contre l'islamophobie (CCIF) pour obtenir la suspension de leur arrêté anti-burkini, a indiqué lundi l'avocat de l'association. L'audience aura lieu devant le tribunal administratif
de Toulon mardi à 14H30 dans le cas de Fréjus
Les arrêtés de Nice, Menton et Roquebrune-Cap-Martin seront, eux, examiné mercredi à 10h à Nice.  

Vendredi, le Conseil d'Etat a suspendu l'arrêté de la commune de Villeneuve-Loubet et estimé que les tenues de baignade intégrales ne troublaient pas l'ordre public. Plusieurs villes voisines, comme Nice ou Menton, ont refusé de plier et décidé de continuer à verbaliser tant que leur arrêté ne serait pas formellement invalidé par les juridictions administratives.

Dans les Alpes-Maritimes, Antibes est la seule grande commune balnéaire du littoral qui n'a pas pris un arrêté similaire. Son maire LR, Jean Leonetti, est un proche du candidat à la primaire de droite Alain Juppé, .


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
burkini religion société justice