150 des 356 migrants de l'Ocean Viking accueillis en France

Le nouveau bateau de SOS-Méditerranée, l'Ocean Viking, lors d'une escale technique à Marseille, le 4 août 2019. / © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Le nouveau bateau de SOS-Méditerranée, l'Ocean Viking, lors d'une escale technique à Marseille, le 4 août 2019. / © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

L'Océan Viking, nouveau bateau de SOS Méditerranée et MSF, va débarquer 356 migrants à La Valette. 150 d'entre eux vont être accueillis par la France selon le ministre de l'Intérieur. 

Par Paul Géli, Jean Poustis

En mission depuis le 4 août, l'Océan Viking va débarquer 356 migrants à La Valette (Malte). Le navire de SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières a par ailleurs comme port d'attache Marseille.

"150 migrants accueillis en France"

"150 d'entre eux seront accueillis dans les prochains jours en France" a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner après l'officialisation d'un accord européen pour répartir ces personnes qui vont débarquer à Malte.
"Une solution a enfin été trouvée après 14 jours d'attente", indique SOS Méditerranée.

Au cours de 4 missions de sauvetage au large de la Libye, le nouveau vaisseau nommé Ocean Viking a servi de refuge aux migrants en détresse, naviguant sur des canots pneumatiques.
La capacité d'accueil du navire est de 200 à 300 personnes, pour des conditions de croisière "confortables".

L'embarcation, bientôt en sureffectif, cherche actuellement un port où débarquer ses passagers.

Cap vers le Nord

Le centre de coordination des sauvetages maritimes lybien lui a assigné le port de Tripoli comme havre d'accueil. Seulement, les activistes refusent de débarquer en Libye.

Jérémie, marin sauveteur à bord, rappelle que selon l'Organisation International pour les migrations (OIM), "la ville de Tripoli n'est pas un lieu sûr, c'est une zone de guerre."

On commence à faire route vers le Nord, en attendant que les autorités compétentes nous assignent un port sûr.

L'organisation poursuit donc sa navigation en laissant la Libye derrière elle: "On commence à faire route vers le Nord, en attendant que les autorités compétentes nous assignent un port sûr."

L'Ocean Viking se rapproche des cotes maltaises, avec un cap plein Nord, comme on peut le voir sur ce traqueur en ligne.
 

Les ports italiens et maltais sont toujours fermés aux organisations humanitaires, suite à des décisions politiques des deux gouvernements. 

Lundi, Malte a à nouveau rejeté la requête de l'Ocean Viking. Les autorités italiennes l'ont quant à elles renvoyé vers les Libyens.

Un nouveau bras de fer s'engage donc pour l'organisation humanitaire, qui n'a pour l'heure aucune indication nouvelle sur sa possible destination. 

Des sauvetages in extremis

Les 105 premiers passagers secourus étaient dans une situation critique. Leur embarcation, assemblage de pièces de caoutchouc bleu collées entre elles par les passeurs, se dégonflait quand les secours sont arrivés à sa hauteur. 

Elle aurait éclaté quelques temps après que les sauveteurs ont distribué des gilets de sauvetage, précipitant sept ou huit personnes à l'eau. 

Pour Tanguy L., leader expérimenté des opérations de secours, les passagers, partis la veille au soir de Libye, n'en avaient plus pour longtemps.

A la recherche d'un dernier canot

L'un d'eux était assis sur l'arrière pour colmater une fuite, tandis qu'un autre tentait de sa main d'empêcher l'air de fuir d'un boudin latéral...

Arrivés à bord de l'Ocean Viking, les 105 rescapés, en majorité Soudanais, ont rapporté qu'un bateau similaire était parti en même temps qu'eux dimanche soir.

Sur la base de ces témoignages, l'Ocean Viking continuait mardi à scruter la mer pour trouver le bateau mentionné.

"Ce serait vraiment le hasard de tomber dessus", avouait à l'AFP Nicholas Domaniuk, qui espérait un vol de reconnaissance de l'ONG Pilotes volontaires pour obtenir quelques indications.

Sur le même sujet

Les + Lus