Paca. Port obligatoire du masque : des arrêtés attaqués à Marseille, Nice et Toulon

L'obligation du port du masque à l'extérieur se généralise en Paca. Samedi 5 septembre, le préfet de Bouches-du-Rhône l'a rendu obligatoire dans toutes les "zones urbanisées ou agglomérées" du département. Des collectifs de citoyens à Marseille ou Nice attaquent ces arrêtés le rendant obligatoire.
Le port du masque est obligatoire à Marseille.
Le port du masque est obligatoire à Marseille. © VALERIE VREL / MAXPPP
Le tribunal administratif va-t-il retoquer l'arrêté de la préfecture des Bouches-du-Rhône obligeant le port du masque dans toute la ville de Marseille comme à Lyon ?

Un collectif de sept personnes de la cité phocéenne a saisi le juge des référés avec l'avocat Fabrice Di Vizio pour faire suspendre l'arrêté. La décision sera rendue mercredi.

"Il n'est pas obligatoire pour les personnes travaillant en extérieur alors pourquoi les gens devraient le porter en tout lieu et sans grande densité de population dans la ville", indique Fabrice Di Vizio.

Une mesure générale et absolue

D'autres recours ont été déposés et enregistrés à Nice et Toulon.

A Marseille, Fabrice Di Vizio prend l'exemple d'un distributeur de prospectus pour montrer "l'incohérence de l'arrêté".

"Depuis le 1er septembre cet homme n'est pas obligé de mettre le masque quand il travaille. Par contre, à la fin de son travail, il doit se le coller sur le nez", explique Fabrice Di Vizio, avocat du collectif "Victimes Coronavirus France".

Un autre argument pour l'avocat de voir l'arrêté du 26 août suspendu est "l'interdiction générale et absolue du port du masque".

"Le principe du port du masque n'est pas discutable, c'est un outil de protection important. Mais il ne peut pas être général. A certains horaires, nous sommes seuls dans la rue alors il ne s'impose pas", déclare Fabrice Di Vizio.

Le préfet prend un autre arrêté

Depuis le recours, le préfet des Bouches-du-Rhône Christophe Mirmand a pris un nouvel arrêté samedi 5 septembre.

Désormais le port du masque s'est généralisé à toutes les zones "urbanisées et agglomérées" du département. Il est obligatoire de 6h à 2h dans toutes les communes des Bouches-du-Rhône.

"Une mesure générale et absolue serait considérée comme irrégulière par le juge. Mais là, il n'est pas permanent et nous devons tenir compte des circonstances locales. La circulation du virus s'est renforcée dans les Bouches-du-Rhône", souligne le préfet Christophe Mirmand.

Le préfet a-t-il publié un nouvel arrêté en raison de la suspension des arrêtés de Lyon et de Strasbourg ?

Plainte contre la ministre du Travail en cas d'échec

En cas d'échec du recours, l'avocat Fabrice Di Vizio entend porter plainte contre la ministre du travail.

"Le salarié qui travaille à l'extérieur ne doit pas le porter alors que c'est généralisé partout. On le met en danger. On y comprend plus rien", admet Fabrice Di Vizio.

Le collectif "Victimes Coronavirus France", par l'intermédiaire de son avocat, entend attaquer d'autres arrêtés partout en France. Un autre recours va être déposé lundi à Digne-les-Bains.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société paca justice