• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Le prix des truffes s'envole avant les fêtes

La France produit en année normale 40 à 50 tonnes de "Tuber mélanosporum" / © France 3 Côte d'azur
La France produit en année normale 40 à 50 tonnes de "Tuber mélanosporum" / © France 3 Côte d'azur

Le kilo à 850 euros, soit quasiment le double de l'an passé. Au coup de sifflet marquant l'ouverture du marché à Lalbenque (Lot), le prix de la truffe s'envole. Conséquence de la sécheresse estivale, la récolte s'annonce mauvaise en France, premier producteur mondial.

Par @annelehars

Au total, lors de ce premier marché hebdomadaire, à peine 19 truffes (684 g) ont été mises mardi en vente au détail à 1.100 euros le kilo pour un unique vendeur. 

Le point dans le Var ce jeudi 22 décembre :
Le prix des truffes s'envole avant les fêtes
Entre 700 et 1 000 euros le kilo, des prix élevés qui s'expliquent par la rareté, les mois de sécheresse de cet été. Intervenants : Francis Gillet Président des trufficulteurs du Var, Philippe De Santis Producteur de truffes domaine de Majastre à Bauduen et Morgan Barra Chef cuisinier spécialiste de la truffe noire  - MALORY Francis, DEQUIDT Alexandre et CRUNCHANT Jérémy
"Elles sont belles et ont une bonne odeur", constate le contrôleur Michel Foures. Mais il y en a très peu en raison de la sécheresse estivale.
Pour le marché du gros, ce sont 32 kilos dans 31 paniers qui ont été proposés.

Les courtiers ont repéré avant le coup d'envoi à 14h30 les bons produits. Ensuite, ils ne lésinent pas. Un hochement de la tête du vendeur répond à leur proposition de prix griffonnée sur un papier. "Trop cher", s'écrie un acheteur, contraint d'augmenter son offre pour acquérir un lot complet.

"L'année va être triste", augure Max Cayre, courtier de 82 ans, chargé de dénicher les diamants noirs pour ses clients, dont l'une des plus grosses fortunes françaises.

Partout, le constat est identique. A Sainte-Alvère (Dordogne), il n'y a eu ni la quantité (13 kgs contre 20 l'an passé) ni la qualité. A Limogne-en-Quercy (Lot), lors du premier marché, il n'y même pas eu l'ombre du précieux tubercule. 

Pas de pluie, pas de truffe


A l'orée de la saison - qui se poursuit jusqu'en mars-, l'inquiétude est générale. En cause l'absence de pluie. Certes, ce ne sera pas comme en 2003, la pire année -il avait gelé-, mais les spécialistes prédisent une production anémique.

"Pour avoir de belles truffes, la pluie est nécessaire entre le 20 juillet et le 20 septembre. Pas beaucoup mais un peu. Là, on n'a rien eu", relève Alain Ambialet, secrétaire national de la Fédération française de la Truffe (FFT). 

La sécheresse est atmosphérique et souterraine", observe Philippe Boit, trufficulteur professionnel dans la Drôme, le Var et les Bouches-du-Rhône. 


"Avec le changement climatique on ne sait pas où l'on va", estime-t-il. 

Aider la nature


La France produit en année normale 40 à 50 tonnes de "Tuber mélanosporum". Elle compte 12.000 à 13.000 hectares de forêts truffières (chênes, noisetiers...) mais seulement 8 à 10.000 hectares sont en production, les autres étant trop jeunes. Pour contrecarrer la carence pluviométrique, certains arrosent. Un dispositif d'arrosage est de plus en plus souvent installé sur les 1.000 nouveaux hectares
truffiers plantés chaque année depuis une dizaine d'années. 
"J'ai cru lorsque j'ai commencé la trufficulture qu'il fallait laisser faire la nature. J'en suis revenu! Maintenant j'aide la nature", admet Hervé Loubet, de Sainte-Alvère.

L'arrosage n'est pourtant pas la panacée. "Pour certains terrains, dans certaines conditions, il vaut mieux arroser. Sur d'autres, dans des conditions différentes, il est préférable de ne pas" le faire, ajoute-t-il. 

"J'ai arrosé un peu mais faut pas abuser", affirme l'aveyronnais Jean-Marie Rivière. "Arroser, oui, mais il faut faire attention. Il y a des bactéries dans l'eau. Ça peut être pire. Il faut utiliser de l'eau sans bactérie, de l'eau de source", complète Alain Desvaux, producteur dans la vallée de l'Isle (Dordogne).

1.500 à 1.800 € le kilo au détail ?


La Fédération vient d'entamer avec l'INRA une étude scientifique de cinq ans sur l'eau et la truffe, selon Jean-Marie André, président des trufficulteurs du Lot, précisant que dix sites expérimentaux existent en France 

En attendant, sauf un inattendu retournement de tendance, d'ici les fêtes, les prix vont s'enflammer. Les spécialistes pronostiquent qu'ils dépasseront vite les 1.500 à 1.800 euros le kilo en détail.  
- Avec AFP -





Sur le même sujet

Stéphane Gauberti (06)

Les + Lus