• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Des rassemblements pour demander la libération “des 3 de Briançon”

Le cortège d'antifascistes et de migrants est arrivé à Briançon (Hautes-Alpes) le 22 avril dans le calme, pour rejoindre le Refuge solidaire. / © PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP/ Valérie Merle
Le cortège d'antifascistes et de migrants est arrivé à Briançon (Hautes-Alpes) le 22 avril dans le calme, pour rejoindre le Refuge solidaire. / © PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP/ Valérie Merle

 A la suite de l'arrestation à Briançon de trois jeunes en détention préventive et déférés à Marseille, leurs soutiens demandent leur libération. Ils se mobilisent notamment demain à Gap et à Marseille.  

Par Marie Bail

A l'appel du collectif "Soutiens migrants 13 / Manba", créé en 2015, plusieurs rassemblements sont organisés demain pour demander la libération des trois jeunes emprisonnés, suite à la manifestation de solidarité avec les migrants du 22 avril dernier à Briançon.

Ils auront lieu à 13h devant le tribunal de Gap et à 18h30 devant la prison des Baumettes à Marseille où sont détenus les trois jeunes. 



Bastien et Théo, deux Genevois et Eleonora, Italienne, sont en détention préventive et placés dans le quartier des arrivants à la prison des Baumettes à Marseille.  De fait de leur éloignement géographique avec leurs proches, ils n'ont pas eu la possibilité d'avoir des visites, si ce ne ce sont celles de leurs avocats. Demain le tribunal de Gap devra rendre sa décision pour une mise en liberté provisoire demandée par les avocats jusque la date du procès.

"Ma cliente est désemparée, elle ne parle pas français donc j'ai du demander l'autorisation de faire passer à Eleonora un lexique franco-italien au moins pour s'exprimer avec les gardiens", s'est exprimé Me Philippe Chaudon, avocat de la jeune italienne originaire de Turin. 

De plus, le tribunal de Gap vient tout juste de refuser la comparution personnelle de la jeune femme, demandée par son avocat. Le motif? Les mesures de sécurité nécessaires au transfert de la jeune Eleonora des Baumettes à Gap seraient trop importantes. 

"Je vais plaider seul, sans ma cliente. On marche sur la tête dans dans ce dossier", se désole Me Chaudon


La situation est "inacceptable" selon leurs soutiens. D'autant qu'ils critiquent le traitement des forces de l'ordre et de l'Etat à l'égard de Génération Identitaire, groupe d'extrême-droite qui organise depuis une dizaine de jours des opérations visant à empêcher les arrivées de migrants sur le territoire. Pour eux, les militants anti-migrants sont favorisés par l'Etat qui "affirme son intention de ne pas barrer la route aux mouvements fascistes grandissants mais bien de leur ouvrir la voie". 

Au collectif Manba, on espère"faire du bruit" pour dénoncer le sort des jeunes. Si la décision du juge n'était pas favorable à leur libération "on se mobilisera crescendo jusqu'au procès ! Surtout que notre connexion est internationale entre la Suisse, l'Italie et la France", explique un membre du collectif.

Les trois détenus doivent comparaître le 31 mai à Gap pour “aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière” et encourent pour cela 10 ans de prison et 750 000 euros d’amende.

Communiqué de rassemblement pour la libération des trois jeunes détenus à Marseille.
Communiqué de rassemblement pour la libération des trois jeunes détenus à Marseille.


Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus