• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

PACA : 30 millions pour électrifier les paquebots à quai à Marseille, Nice et Toulon

Les ferrys et les paquebots de croisières sont concernés par l'électrification pendant leur escale dans les ports de la Méditerranée, ici le le Méga Andréa. / © Pascal Pochard-Casabianca
Les ferrys et les paquebots de croisières sont concernés par l'électrification pendant leur escale dans les ports de la Méditerranée, ici le le Méga Andréa. / © Pascal Pochard-Casabianca

Un plan de 30 millions d'euros est présenté ce jeudi dans la cité phocéenne. Il est destiné à réduire la pollution de l'air à Marseille, Nice et Toulon en électrifiant ferrys et navires de croisière lors de leurs escales dans les ports.

Par Anne Le Hars, AM et AFP.

Des panaches de fumées noires, toxiques qui polluent l'air des riverains. En cause : les moteurs au gazole des paquebots. Ils restent allumés pendant l'escale, pour couvrir leurs besoins d'énergie à bord. Le trafic des paquebots de croisière dans les ports de la région Provence Alpes et Côte d'Azur pose un gros problème de pollution. Un problème qui n'est pas nouveau. Mais les autorités publiques ont décidé de s'y atteler. A Cannes, le maire a déjà d'ailleurs pris des mesures pour limiter l'impact de ces "géants des mers". Et à Toulon, une mesure a déjà été prise dans ce sens

30 millions d'euros


La région PACA a prévu 30 millions d'euros pour électrifier les bateaux à quai à Marseille, Nice et Toulon. Un plan baptisé "Escales zéro fumée" présenté ce jeudi 5 septembre à Marseille. Renaud Muselier l'a annoncé sur son compte Twitter : 
Invité chez nos confrères de France Bleu Azur ce jeudi matin, le président de la région PACA a promis : "d’ici 2023, zéro émission de fumées pour les escales qui durent entre 3 heures et 10 heures et il faut travailler sur les accostages pour que les compagnies changent leur motorisation". C’est dans le cadre de son Plan Climat « une COP d’avance » que le Président de Région a souhaité s’investir. Aujourd’hui, la pollution de l’air est un enjeu sanitaire et un enjeu de société, avec 20 % de la population exposée à ce problème.

Quais 100% électriques


Mais il a ajouté : "cela ne se fait pas du jour au lendemain !". Son objectif : "que la totalité des bateaux soient connectables aux quais et que les quais soient 100% électriques avec une diminution de la vitesse et donc l'éradication des fumées." Une initiative saluée par le maire de Cannes, David Lisnard, sur son compte Twitter : 
 

"émissions atmosphériques"



Car l'électrification semble être la meilleure solution pour diminuer ces émissions de gaz. A terme, pour les navires de passagers en escale qui seront branchés, les aménagements proposés doivent permettre la "suppression de la totalité des émissions atmosphériques", selon la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, qui porte ce projet.
 

"Horizon 2025"


A Marseille, ville la plus concernée par cette pollution, expérimente déjà ce procédé. Le dispositif permettra "à l'horizon 2025" d'alimenter en électricité un paquebot de croisière en escale, "une première en France et en Méditerranée". Avec le développement rapide des croisières, le problème de la pollution de ces géants des mers, est devenu criant dans les trois ports méditerranéens. Même si les compagnies prennent en compte ce problème en développant les batteries électriques sur leurs immenses bateaux gourmands en énergie : 

 

250 voitures en circulation


Un seul paquebot à quai consomme l'équivalent de 250 voitures en circulation, selon la région. Ce plan "escales zéro fumée" ambitionne de concilier l'activité économique liée à ce tourisme de masse et la protection de l'environnement. Cinq millions d'euros seront dédiés aux "compagnies maritimes soucieuses de transformer leurs navires en activité". Un million d'euros sera consacré au développement des navires au gaz naturel liquéfié (GNL), considéré comme moins polluant que le carburant traditionnel.

Principe pollueur/payeur


Ce plan a été salué comme un "geste fort" et un "premier pas important" par la fédération France Nature Environnement. "Si l'apport d'argent public est un levier nécessaire, le principe pollueur/payeur doit amener les armateurs à contribuer financièrement", nuance-t-elle. Selon la région Paca, la part du secteur maritime est estimée entre 10 et 15% du total des pollutions atmosphériques à Marseille, et jusqu'à 40% pour les oxydes d'azote.

67.000 décès prématurés


La pollution de l'air est un véritable fléau sanitaire responsable de 67.000 décès prématurés en France. Sur la ville de Nice, s'agissant des emissions d'oxyde d'azote et de particules fines, les normes européennes et de l'OMS sont largement dépassées. Un bateau à quai, le temps de son escale, polluerait autant que les 300 à 400 voitures qu'il peut embarquer.

Valeurs limites de soufre


Une situation qui pourrait bientôt s'améliorer : les valeurs limites de soufre pour la navigation vont être abaissées en Méditerranée le 1er janvier 2020. Mais elles resteront toutefois encore bien loin des normes imposées dans les zones les plus protégées d'Europe, en mer Baltique ou en mer du Nord. Des mesures qui devraient permettre, d'ici quelques années, de mieux respirer. 

Hambourg et Rotterdam


Et ailleurs ? A Hambourg et à Rotterdam aussi la réflexion s'engage pour des ports plus écologiques. Les élus des partis verts et sociaux-démocrates négocient actuellement un nouveau règlement identique sur les transports écologiques afin d’éviter de nuire à la concurrence économique. Tout en favorisant des ports plus durables sur le plan environnemental... C'est toute la difficulté de l'équation. 
 

La part des émissions maritimes dans la totalité des polluants en région PACA

  • à Marseille : 40 % de Nox (dioxyde d’azote), 32 % des émissions de Sox (dioxyde de soufre) et 15 % des particules fines sont dues aux activités maritimes
  • à Toulon : 31 % des dioxydes d’azote, 31 % du soufre et 13 % des particules fines
  • à Nice : 5 % des dioxyes d‘azote, 3 % du soufre et 3 % des particules fines

Sur l’exposition aux dioxydes d’azote, près de 100 000 habitants de la Région vivent, chaque jour, au-dessus des normes fixées par l’Union européenne :

  •  37 000 à Marseille
  •  56 000 à Nice
  •  3 600 à Toulon

(Source : région PACA)

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de l'aide-soignante agressée par un Polonais (06)

Les + Lus