Sécurité routière : le changement d'heure tue

Le changement d'heure tue : le nombre d’accidents de piétons augmente de 50% durant les premières semaines qui suivent le changement d’heure ! / © Michel Houet/MaxPPP
Le changement d'heure tue : le nombre d’accidents de piétons augmente de 50% durant les premières semaines qui suivent le changement d’heure ! / © Michel Houet/MaxPPP

Chaque année, le passage à l’heure d’hiver est un signal d’alerte pour la sécurité routière. La visibilité étant réduite entre 17h et 19h, le taux d’accidentalité des piétons augmente de 50%. Les explications d’Emmanuel Barbe, délégué interministériel.

Par Eric Ambrosini

Perturbation du sommeil, irritabilité… le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver provoque des débats passionnés et habituels.

Il y a les "contre" : mécontents d’être privés d’une heure de sommeil. Il y a les "pour" : favorables à un changement qui marque l’entrée dans l’hiver. Sans oublier les "neutres" : ils estiment qu'il y a des sujets plus importants dans le vie. Mais il y a aussi les "inquiets", et la Sécurité Routière en fait partie.

Automne-hiver : attention danger !

Pour elle, le changement d’heure est une période propice aux accidents. 

Selon les chiffres communiqués par les préfectures, c’est une constante : près de la moitié des piétons tués chaque année le sont sur les 4 mois d’Octobre à Janvier. Et il y a mieux... si l'on en croit Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière :

"La mortalité routière des piétons atteint en effet son maximum en automne-hiver. Et on ne sait pourquoi... le nombre d’accidents de piétons augmente même de 50% durant les premières semaines qui suivent le changement d’heure !"

La baisse de la visibilité : facteur déterminant

Ce pic d’accidentalité des piétons se produit en règle générale à des horaires bien précis.

La tranche horaire comprise entre 17h et 19h est la plus dangereuse. C’est la période où le nombre d’accident augmente le plus : +50% selon la sécurité routière. On note également une hausse du nombre d’accidents (+18%) le matin, entre 7h et 9h

"Lorsque l’on passe à l’heure d’hiver, le nombre de trajets à la nuit tombante ou à la nuit tombée s’accroît. La baisse de luminosité entraîne un véritable problème de visibilité des piétons, cyclistes et utilisateurs de trottinette."
 
Piétons, cyclistes, amateurs de trottinettes doivent redoubler de prudence en hiver. / © Vincent Isore/MaxPPP
Piétons, cyclistes, amateurs de trottinettes doivent redoubler de prudence en hiver. / © Vincent Isore/MaxPPP


Je vois mais il ne me voit pas !

Il faut être conscient du phénomène de baisse de luminosité, redoubler d’attention mais aussi prendre conscience que les usagers de la route perçoivent moins bien les piétons sur les voies.

"Un piéton ou un cycliste ne doit jamais penser que, parce nous voyons, nous sommes visibles. Ce n’est pas parce que l’on voit une voiture, que l’on est forcément vu par son conducteur", détaille Emmanuel Barbe. 

Porter des vêtements plus clairs, coller sur les cartables des bandes réfléchissantes pour les enfants… Alors que le passage à l’heure d’hiver interviendra dans la nuit du 26 au 27 octobre, la sécurité routière rappelle aux piétons l’importance de se rendre visible sur les routes.
 

Conseils de prudence pour piétons et automobilistes après le passage à l'heure d'hiver.

PIÉTONS :
- RESTEZ VISIBLE EN PORTANT UN ACCESSOIRE RÉFLÉCHISSANT OU DES VÊTEMENTS DE COULEUR CLAIRE.
Le simple fait d’avoir sur soi un accessoire réfléchissant permet d’être vu plus tôt par les automobilistes. Dans les phares d’une voiture, les piétons sont visibles à seulement 20 mètres lorsqu’ils sont vêtus de noir. Or, à 50 km/h, une voiture a besoin au minimum de 25 mètres pour s’arrêter sur sol sec (38 mètres sur sol mouillé). Avec des accessoires réfléchissants, les piétons sont visibles à 150 mètres.

- PARENTS, PRÉFÉREZ ÉGALEMENT DES VÊTEMENTS CLAIRS POUR VOS ENFANTS ET DES CARTABLES AVEC DISPOSITIFS RÉTRO-RÉFLÉCHISSANTS.

- UTILISEZ LES PASSAGES PROTÉGÉS.
Le passage pour piétons reste l’endroit le plus sûr pour traverser. Pour mémoire, le Code de la route (Article R412-37) précise que : “Les piétons doivent traverser la chaussée en tenant compte de la visibilité ainsi que de la distance et de la vitesse des véhicules. Ils sont tenus d’utiliser, lorsqu’il en existe à moins de 50 mètres, les passages prévus à leur intention.”

- TRAVERSEZ EN TOUTE PRUDENCE.
Avoir la priorité ne signifie pas traverser sans précaution, en particulier dans la pénombre. Marchez sur le côté gauche de la chaussée pour bien voir les véhicules arrivant en face. En traversant, regardez à gauche, à droite, puis à nouveau à gauche.

AUTOMOBILISTES :
- RALENTISSEZ À L’APPROCHE D’UN PASSAGE PIÉTON

Mieux vaut être prévoyant, alors anticipez et ralentissez avant un passage pour piétons, surtout dans la pénombre. Vous devez être capable de vous arrêter avant le passage, car des piétons sont susceptibles de surgir.

- RESPECTER LA PRIORITÉ AUX PIÉTONS.
Lorsque vous approchez d’un passage pour piétons, cédez le passage au piéton qui traverse ou qui est sur le point de traverser. Pour mémoire, vous risquez une amende de 135 euros et la perte de 6 points sur votre permis de conduire en cas de non-respect de cette obligation.

- VIGILANCE À L’APPROCHE D’UN PASSAGE PIÉTON.
Le Code de la route (Article R414-5) précise qu’ "à l’approche des passages prévus à l’intention des piétons, les conducteurs ne doivent effectuer de dépassement qu’après s’être assurés qu’aucun piéton n’est engagé sur le passage".

- CIRCULEZ LES VITRES SÈCHES ET DÉSEMBUÉES.
Les reflets masquent la présence d’un piéton.

- RESTEZ DISTANT.
Écartez-vous au moins un mètre des trottoirs pour la sécurité des piétons et des cyclistes.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus