Une journée du matrimoine à Monaco pour mettre les femmes à l’honneur

Ce 26 septembre se déroule à Monaco la journée du patrimoine ou plutôt cette année celle du matrimoine. Une première dans la principauté qui compte bien mettre les femmes en avant à travers plusieurs expositions.

Une semaine après les journées du patrimoine en France, c’est au tour de Monaco. Pour cette 26e édition intitulée « femmes et patrimoine » et le lancement de cette première journée matrimoniale, place aux femmes. L’occasion pour les visiteurs de (re)découvrir des figures trop souvent oubliées de l’histoire.

Une journée matrimoniale

Cette année, la thématique européenne avait pour but de promouvoir l’inclusion, la principauté a donc décidé de « mettre à l’honneur l’empreinte laissée par les femmes dans le patrimoine », comme le souligne Virginie Raimbert, directrice de l’institut du patrimoine de Monaco.

C’est donc, en vue de la thématique choisie, « tout naturellement » que Françoise Gamerdinger a décidé de renommer l’événement journée du matrimoine.

Le mot " matrimonial " était important pour moi, j’avais envie que ce mot apparaisse dans l’esprit des gens pour se dire que dans l'Histoire il n’y a pas que le père mais aussi la mère. Ça marque fortement l’importance des femmes dans le pays.

Directeur des affaires culturelles de Monaco

explique cette ancienne professeure de lettres, qui ne souhaite pourtant pas féminiser le nom de sa fonction.

 

Présenter les actions et les collections sous le prisme des femmes

Au total, 40 sites ouvrent leurs portes au public pour l’occasion et selon Françoise Gamerdinger, 80 % d’entre eux font un clin d’œil à la thématique en question. On notera entre autres la possibilité de visiter la chapelle privée des sœurs Oblates de la vierge Marie de Fatima. Des soeurs connues à Monaco pour leur aide auprès des personnes malades et le lien qu’elles établissent avec les jeunes et les personnes âgées. Ce dimanche sera l’occasion de découvrir leur quotidien en communauté dans leur lieu de résidence.

 

Il sera également possible de découvrir le siège de l’union des femmes monégasques, l’association « De fil en aiguilles », ou encore de se rendre au musée d’anthropologie préhistorique pour une conférence consacrée aux données archéologiques et ce qu’elles révèlent sur les femmes néolithiques.

Toujours dans cette thématique indissociable de l’égalité hommes-femmes, l'événement se déroule aussi avec la participation du comité des droits des femmes de la principauté. Le comité espère ainsi, « permettre au public de prendre conscience qu’il y a des femmes qui ont été remarquables mais pas toujours reconnues », comme l’explique Céline Cottalorda, déléguée interministérielle pour les droits des femmes.

 

15 portraits visibles jusqu’à mi-octobre

 

Dans ce but, le comité propose une exposition à la Roseraie Princesse Grace. Une succession de 15 portraits de femmes qui « ont toutes réalisé des choses, qui étaient en avance sur leur temps et ont été en lien avec la Monaco », s’enthousiasme Céline Cottalorda. 

Au programme, les incontournables Joséphine Baker ou Colette, mais aussi d’autres figures moins connues du grand public comme celle de la seule princesse régnante de Monaco : Louise-Hippolyte.

Un contenu à la portée pédagogique pour la déléguée interministérielle, « afin de permettre aux plus jeunes mais pas seulement de s’identifier à ces modèles inspirants. » Cette exposition ne se limitera pas à cette date, mais sera visible jusqu’au 15 octobre. Munis de leur smartphone, les visiteurs pourront télécharger chaque portrait disponible dans plusieurs langues grâce à un QR code.  

Une grande première et une invitation à la découverte pour cet événement qui comptabilise chaque année en moyenne 25 000 entrées cumulées entre les différents lieux. L'occasion également de rendre aux grandes oubliées de l’histoire leurs lettres de noblesse.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international patrimoine culture expositions événements sorties et loisirs histoire femmes société idées de sorties