Réchauffement climatique. A Garéoult, un marché propre pour réduire les déchets qui finissent à la mer

A Garéoult, tout est prévu pour ne pas rejeter en mer les déchets du marché. / © France 3
A Garéoult, tout est prévu pour ne pas rejeter en mer les déchets du marché. / © France 3

Il y a trois ans, la municipalité de Garéoult, dans le Var, et l'association "Ecosciences" ont décidé de promouvoir un marché propre. Pour qu'aucun plastique ou carton de ce marché du centre-Var ne se retrouve dans la nature puis dans la mer. 

Par Annie Vergnenegre

Un petit pas pour les habitants de Garéoult, un grand pas pour la Méditerranée. A 70 km du bord de mer, c'est l'heure du marché. Tous les déchets produits sur cette place iront à la mer. C'est pourquoi certains vendeurs et consommateurs ont décidé de s'engager pour l'environnement. En limitant les sacs jetables par exemple.

A bord de son épicerie bio itinérante, Claire Bellini, commerçante engagée, vend ses produits en vrac. Sans emballage et ses clients sont emballés. "Quand on achète un paquet de pâtes emballé, 250 grammes,  on paye un pourcentage, on ne paye pas que les pâtes, on paie l'emballage, la publicité, et tout le reste et ça, ça coûte cher", note-telle.


400 kg de déchets par marché

Céline Bonnet est chargée de mission à l'association écosciences. Elle est porteuse du projet de ce marché engagé. "Sur ce marché, qui compte entre 80 à 140 forains, on arrivait à plus de 400 kg de déchets par marché donc ça fait 30 tonnes par an".    

Or, un sachet jeté sur la voie publique finira dans la bouche d'égout et potentiellement dans la mer. "Dans la plupart des municipalités, il n'y a pas de retraitement de ces eaux-là et elles finissent dans les cours d'eau, et chez nous dans la mer Méditerranée," explique Céline Bonnet. 
 

Cagettes et cartons valorisés

Pour éviter cela, les forains ont des sacs poubelles spécifiques et ils doivent méticuleusement trier leurs déchets, déchets organiques, déchets en plastique et cartons. Une fois triés, les déchets sont ramassés par la collectivité.

A la déchetterie de La Roquebrussane, chaque mardi, 100 kg de cagettes en bois et 130 kg de carton retrouvent une seconde vie. "Le bois est amené à Istres, il subit une première étape de traitement, de ferraillage et de broyage, puis il part dans des industries italiennes, où il va être transformé en panneaux à particules", indique Laura Guix responsable communication SIVED Nouvelle génération qui précise "le carton sera acheté par ces cartonniers pour devenir de nouveaux emballages en carton recyclé". 

Site pilote, le marché de Garéoult développe des actions depuis 2015, il pourrait servir d'exemple à bien d'autres communes.
Reportage de Sophie Accarias et Virginie Danger :

Sur le même sujet

Nina Venditi, responsable épicerie étudiante

Les + Lus