Correns : la coopérative des vignerons remet au goût du jour les bouteilles consignées

Depuis le mois de juin, la coopérative des vignerons de Correns remet à la mode une vieille habitude perdue depuis 30 ans : la consigne des bouteilles. Cette initiative a pour objectif de préserver les ressources de la planète.

En échange d’une bouteille vide rapportée, les clients gagnent deux points sur leur carte de fidélité. Il en faut 100 pour obtenir une bouteille de vin de 75 cl offerte par le magasin. Les consommateurs ont le choix entre du blanc, du rosé et du rouge.

Exposées sur une étagère au milieu de la boutique, elles ont toutes la même appellation "Croix de Basson 2020" inscrit en lettres rouges et noirs au centre d’une grande étiquette blanche.

Au-dessus du nom, une croix est représentée sur des montagnes, en référence au monument à l’entrée du village de Correns. En bas de l'étiquette, un petit logo identifie les bouteilles consignées.

Lutter contre la surproduction de bouteilles

"Les bouteilles consignées, ça limite les déchets, témoigne une cliente de la coopérative des vignerons de Correns, en esquissant un sourire. On parle du recyclage du verre mais ça coûte, excessivement cher, donc moi, je serais pour revenir aux consignes comme du temps de ma grand-mère".

L’association Ecoscience Provence a remis cette ancienne habitude au goût du jour dans le sud-est de la France depuis 2012. Cofondatrice du Réseau Consigne, elle développe ce principe en étroite concertation avec les professionnels de la filière vini-viticoles de Provence.

Ecoscience Provence a proposé à la Cave Coopérative des Vignerons de Provence d’utiliser des bouteilles consignées. Le projet est soutenu par la Syndicat International pour la Valorisation des Déchets Nouvelle Génération (SIVEDNG), qui regroupe 34 communes dans le Var et œuvre depuis 20 ans pour la réduction des déchets sur le territoire.

Consigne plutôt que recyclage

L’objectif est de réduire le recyclage des bouteilles, car la bouteille consignée consomme 33 % d'eau en moins par rapport à une bouteille recyclée.

L’idée, c’est aussi de mettre fin à une surproduction de bouteille de vins puisque 40 millions sont produites et consommées en Paca chaque année.

"On se dit que c’est une bonne idée, on va tout faire pour que ça marche, déclare Julien Demonchaux, le directeur technique des vignerons de Correns. A l’arrivée si ça marche, on se sentira beaucoup mieux. C’est un petit pas à l’échelle de toutes les bouteilles sur le marché. Si tout le monde joue le jeu ça peut vraiment être significatif ".

Fier de cette initiative locale, il porte la tenue de son entreprise : un polo noir, avec une inscription en lettres blanche "Vignerons de Correns" au niveau du cœur, juste au-dessus les montagnes de Correns sont dessinées.

Les bouteilles utilisées par cette entreprise viticole sont fabriquées en France et dans la région du Piémont dans le nord de l’Italie.

Correns : une histoire verte

A 16 km au nord de Brignoles, la commune de Correns est située dans le Pays de la Provence Verte. Dans ce village, près de 1.000 habitants vivent dans un décor splendide de nature.

Des champs de raisins à perte de vue et de la verdure partout. A Correns, le bruit des embouteillages des grandes villes comme à Marseille et à Toulon n’existe pas. Ici, les chants des criquets monopolisent l'attention.

Les viticulteurs locaux ont créé cette cave coopérative en 1935. Tout au long du 19ème siècle, les bouteilles d’alcool n’étaient pas vendues sur le lieu de production.

Depuis 1998, le village de Correns et son entreprise de vin sont passés entièrement en bio, c’est un tournant majeur dans la politique locale.

Pour mieux respecter l’environnement, la cave coopérative de Correns passe progressivement à une agriculture biodynamique depuis le début de l’année 2021.

Un vin qui s'exporte 

C’est une démarche ancestrale. L’objectif est de réduire la quantité de souffre et de cuivre traité dans les vignes. "A l’arrivée, c’est des vins plus naturels", explique Julien Demonchaux.

Cette entreprise viticole est composée de huit salariés sur les trois lieux de productions dans le Var : Correns, Le Val et Aups près du Verdon.

Le succès de ce vin local s’exporte au Benelux, en Norvège et en Allemagne, c’est dans ce pays que la clientèle est la plus nombreuse.

Il est trop tôt pour faire un constat sur le succès ou l’échec de ce projet de bouteilles consignées. En tout cas les différents partenaires espèrent que ce principe de consigne s’étendra à l'avenir dans toute la France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca écologie environnement vins culture gastronomie consommation