Polémique sur le traitement d'un cheval dans le Var : menacée de mort, la direction du centre équestre porte plainte

Les images d'un poney frappé dans un centre équestre du Var font polémique et suscitent depuis plusieurs jours de vives réactions. Au point que la direction du centre équestre situé dans le Var a porté plainte suite aux menaces qu'elle reçoit.

Depuis plusieurs semaines, un centre équestre du Var fait l'objet de critiques. Une vidéo tournée par une de ces anciennes élèves publiées sur les réseaux sociaux, puis reprise par l'association de défense des animaux One Voice déchaine les réactions. 

Sur ces images de quelques secondes, on voit une ponette, qui répond au nom de Happy, subir des coups répétés de harnais. 

L'association One Voice alertée, a porté plainte pour "actes de cruauté et sévices graves, et demande à ce que la ponette lui soit confiée après sa saisie."

D'abord injoignable ce 5 septembre, la direction du centre prend aujourd'hui la parole pour expliquer la situation.

"Ce n'est pas un geste de maltraitance, cette ponette est très difficile. Elle a pour habitude d'éjecter le cavalier qui la monte. Lors de la séquence, elle venait de le faire. La propriétaire du cheval sait qu'il est compliqué de la dresser et approuve les soins que nous lui apportons", précise ce 7 septembre un proche de la directrice du centre qui est bien la personne filmée.

Et d'ajouter :"on ne peut pas laisser un jeune ainsi en danger dessus. Il faut donner une correction au cheval, et celui-ci est très compliqué".

Depuis plusieurs jours, la monitrice reçoit de nombreuses injures et menaces au téléphone, par messages et sur les réseaux sociaux. Des menaces de mort notamment. Âgée de 60 ans et dans le métier depuis 30 ans, elle vient de porter plainte auprès de la gendarmerie de son village du Var. 

Interrogée le 5 septembre par France 3 Côte d'Azur, Muriel Arnal, présidente de One Voice avait estimé que "l'on ne dresse pas un cheval avec de la violence. Une violence que les enfants pourraient reproduire, une fois adulte, envers tout animal car ils l’auront vu faire !"

Contacté par France 3 Côte d'Azur mardi dernier, le maire LR de Lorgues, Claude Alemagna avait lui une autre vision des choses : "moi je ne vois pas de cruauté dans ces gestes. C'est vrai que l'animal a l'air hébété, mais ces coups de lanières sont sûrement donnés dans le cadre d'un apprentissage". Il ajoute : "je connais très bien la directrice, on l'a aidée il y a 30 ans à monter sa structure."

Quant aux photos montrant les animaux vivants dans de mauvaises conditions. La direction précise que trois chevaux, "vieux et malades" sont en pension dans ses box :"l'un deux à un cancer, l'autre une malformation à la mâchoire qui l'empêche de s'alimenter correctement... On ne va pas les tuer pour autant non ? Nous voulons justement les garder et leur éviter l'abattoir même si cela nous coûte cher en soins et en alimentation, nous les gardons chez nous". 

L'histoire fait écho à un autre acte de maltraitance animale durant cet été. Lors de la fête du cheval organisée à Levens dans les Alpes-Maritimes, le propriétaire d’un centre équestre avait été filmé en train de donner des coups à une jument.

Lorgues compte quatre centres équestres dont les gestion sont indépendantes. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité