Var : un hypermarché met en place une cellule d'aide pour lutter contre les violences conjugales

A Puget-sur-Argens, une cellule d'écoute et d'aide juridique pour les femmes victimes de violences conjugales a ouvert ses portes dans un endroit original : l'hypermarché.

Dans l'hypermarché Carrefour de Puget-sur-Argens, des affichettes informent les clientes de l'existence de cette cellule d'aide pour lutter contre les violences conjugales.
Dans l'hypermarché Carrefour de Puget-sur-Argens, des affichettes informent les clientes de l'existence de cette cellule d'aide pour lutter contre les violences conjugales. © France Télévisions

Dans le Var les prises en charge pour violences conjugales ont augmenté de 60% en 2020. Dans ce contexte, un nouveau lieu d'accueil et d'écoute vient d'ouvrir dans un lieu original : l'hypermarché Carrefour à Puget-sur-Argens dans le Var. Ce dispositif initié par la préfecture en lien avec le parquet de Draguignan est une première dans la région.

Ce dispositif innovant vise à toucher un plus large public, afin de permettre aux victimes de trouver facilement un lieu d'écoute. Aux entrées de l'hypermarché, un grand panneau prévient les clients de la mise en place de ce nouveau dispositif. Des petites affichettes ont également été installées dans les 50 boutiques de la galerie marchande et à toutes les caisses. "Luttons ensemble contre les violences au sein du couple", indiquent-elles.

C'est stratégique dans un hypermarché parce qu'on a 4000 personnes qui passent tous les jours. Cela permet de toucher un maximum de personnes.

Paul Guia, directeur de l'hypermarché

Un point d'accueil gratuit, tous les vendredis

Tous les vendredis de 11h30 à 16h30, un point d'accueil gratuit se tient dans une pièce discrète de l'hypermarché. A l'intérieur, une juriste spécialisée se tient à la disposition des clientes pour les conseiller. "On va proposer un accompagnement psychologique et une orientation juridique, explique Isabelle Choutet, directrice de l'AAVIV (association d'aide aux victimes d'infractions du Var). Aller déposer plainte si elle ne l'a pas encore fait et si c'est déjà fait, voir où en est sa plainte et comment elle a été traitée. On est aussi là pour faire une évaluation d'urgence de sa situation." 

Les clientes qui ont besoin d'avoir recours aux services de la juriste devront demander à la caissière où se trouve le local dédié à cette cellule d'aide. 

Si cette initiative s'avère efficace, il pourrait être étendu à d'autres supermarchés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société violence conjugale