Var : les femmes victimes de violences conjugales trouvent les numéros utiles sur les tickets de caisse

Un dispositif d'information sans précédent a été mis en place dans le département du Var à l'occasion du confinement. Points d'accueils éphémères, affichage dans les pharmacies ou dans les hypermarchés, tout a été mis en place pour permettre aux victimes d'être prises en charge.

Certains supermarchés indiquent en bas du ticket de caisse le numéros à connaître en cas de violences conjugales.
Certains supermarchés indiquent en bas du ticket de caisse le numéros à connaître en cas de violences conjugales. © Préfecture du Var
Pendant le confinement, la réduction des déplacements a permis la réduction de certains délits, pas tous ! Parfois, le danger vient de la famille elle-même.
Les pouvoirs publics redoutaient une explosion des violences avec une cohabitation parfois permanente entre les victimes souvent sous emprise et leurs bourreaux. Un dispositif d'information exceptionnel a été mis en place pour venir au devant des femmes issues de tous les milieux sociaux, pour une information et une prise en charge immédiate si nécessaire.

Dans l'attente des chiffres

Chantal Molinès est déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité à la direction départementale de la cohésion sociale de la préfecture du Var.
 
Chantal Molinès coordonne les actions des pouvoirs publics, des association, des forces de l'ordre et de la justice pour la protection des femmes.
Chantal Molinès coordonne les actions des pouvoirs publics, des association, des forces de l'ordre et de la justice pour la protection des femmes. © C.Molinès
Egalité entre les hommes et les femmes, protection des filles et des femmes dans l'atteinte dans leur dignité, lutte contre les violences qui leur sont faites, voilà ce qui l'anime depuis 7 ans sous l'égide de la secrétaire d'état.

Pour elle, une évidence pendant une période où les déplacements sont réduits : les associations étant en téléconsultations, et les femmes coïncées à la maison sans pouvoir parler, il fallait aller au devant des victimes potentielles pour une meilleure prise en charge. L'endroit le plus propice ?
Les pharmacies, et les grandes surfaces !
L'affichage  a été immédiat dans les officines et les commerces, difficile de manquer les numéros à connaître. 
Difficile de manquer ce panneau situé au niveau des caisses  dans cet hypermarché de la Seyne-sur-Mer.
Difficile de manquer ce panneau situé au niveau des caisses dans cet hypermarché de la Seyne-sur-Mer. © Préfecture du Var
Pendant cette période de confinement, des points d'accueils éphémères d'écoute ont été mis en place dans des grandes surfaces à la Seyne-sur-Mer, à Toulon et à Puget-sur-Argens avec un objectif : ne pas réorienter les victimes, mais proposer une solution immédiate.
Et au cas où, les numéros d'urgence figurent même sur les tickets de caisse !
En bas du ticket de caisse, les numéros 17 et 3919.
En bas du ticket de caisse, les numéros 17 et 3919. © Richard Villalon / MAX PPP
Il n'y a pas de chiffres officiels sur le nombre de plaintes pour l'instant, mais de l'avis de Chantal Molinès, cette information devrait faire du chemin. Elle espère que les femmes victimes pendant ce confinement franchiront le pas, se libèreront de l'emprise de leur compagnon pour porter plainte !

L'impact sur le public, on va le ressentir dans les mois qui viennent

Elle espère aussi convaincre tous les supermarchés varois de procéder à cet affichage des 5 numéros à connaître devant les caisses et sur les tickets, une façon aussi de rappeler aux agresseurs potentiels que leurs agissements ne resteront pas impunis.

De son côté, la gendarmerie du Var rappelle son numéro : le 17 avec des messages à la radio et sur l'autoroute ! Dans le département, il existe 46 places dans des centres d'hébergement, auxquelles s'ajoutent 25 places gérées par différentes associations et 400 nuitées d'hôtel.

Une femme tous les trois jours

Les chiffres concernant les violences faites aux femmes ne sont pas encore rendus publics pour ces deux mois de confinement.
C'est dans le département du Var que le premier féminicide de l'année s'est produit dans le pays. Laëtitia Hemery, 31 ans, mère de 4 enfants, est morte la nuit du nouvel an.  
En 2019, en France, 151 femmes qui ont été tuées par leur compagnon ou leur ex. 
 
A FAIRE
Victime ou témoin de violences au sein du couple ou de violences conjugales, appelez :
- pour une urgence, police secours, 24h/24h : 17.
Si vous ne pouvez pas appeler, envoyez un SMS au 114, un numéro gratuit qui vous mettra en contact avec les services de secours.
- pour une mise à l'abri, 24h/24h : 115
- pour une écoute et réorientation, du lundi au samedi de 9h00 à 19h00 : 3919
- pour un signalement en ligne aux forces de l'ordre : www.arretonslesviolences.gouv.fr
- pour un rendez-vous juridique ou psychologique, contactez l'association d'aide aux victimes d’infractions du Var de 9h à 17h, au 06 83 12 88 63 ou sur contact@aaviv.fr

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société femmes violence conjugale déconfinement