Les espoirs du ski de bosses s'entraînent sur le plan d'eau de Vidauban

Les espoirs du ski de bosses du comité de Savoie sont venus de Tignes pour s’entraîner dans le parc aquatique de Vidauban pendant une semaine, avant d’attaquer la saison. Quand l'eau et le soleil remplacent la neige et le froid, les séances d'entraînement sont plus efficaces. 
 

En une séance d'entrainement, les sportifs peuvent effectuer trois fois plus de sauts sur l'eau que sur neige.
En une séance d'entrainement, les sportifs peuvent effectuer trois fois plus de sauts sur l'eau que sur neige. © Jean-Paul Bierlein / FTV
Les fixations claquent, les chaussures sont serrées. Mais ici, pas de piste ni de neige, à la place, un long tremplin qui atterrit dans l’eau.

Pendant une semaine, les espoirs du ski de bosses du comité de Savoie sont venus de Tignes pour s'entraîner au parc aquatique de Vidauban, avant d'attaquer la saison. Ces skieurs acrobates pratiquent régulièrement le saut dans l’eau durant l’été, mais c’est la première fois qu’ils viennent dans le sud.
 
Les atterrissages dans l’eau permettent aux skieurs de se lâcher, confirme Marius Bourdette, espoir ski de bosses du comité de Savoie : " Il y a moins d'appréhension dans tout ce que l’on fait. Et puis on est tout l'hiver dans la neige et le froid, là on est pendant trois mois au soleil, c’est plus agréable. "
 

Trois fois plus de sauts sur l'eau que sur neige


Les sportifs enchaînent les sauts à un rythme soutenu.  " Ici, ils arrivent à faire environ 40 sauts par entraînement, explique leur entraîneur, Stéphane Yonnet. Plus ils répètent leurs sauts plus ils progressent. Sur neige ils arrivent à faire seulement entre 10 et 15 sauts. Donc ici, un jour d’entraînement en vaut trois sur neige. "
  
C'est la première fois que les espoirs du comité de ski de Savoie s'entraînent à Vidauban.
C'est la première fois que les espoirs du comité de ski de Savoie s'entraînent à Vidauban. © Jean-Paul Bierlein / FTV
 
Seule difficulté, il faut nager avec des skis pour rejoindre le bord, " heureusement qu’on a le gilet de sauvetage et un coach qui sait bien nager ", plaisante Fantine Degroote, espoir ski de bosses du comité de Savoie.
 
Les sportifs attendent maintenant la neige pour pouvoir reproduire les mêmes sauts sur de vraies pistes de ski de bosses.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ski sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter