A Fréjus, le maire impose un couvre-feu pour les mineurs près d'un centre de jeunes migrants

 Fréjus - L’impasse du Kangourou, où se trouve le centre d’accueil pour jeune migrants - octobre 2019 / © Google maps
Fréjus - L’impasse du Kangourou, où se trouve le centre d’accueil pour jeune migrants - octobre 2019 / © Google maps

L'accueil des jeunes migrants sème la polémique à Fréjus. Le maire a interdit aux mineurs de circuler la nuit autour d'un hôtel qui héberge les jeunes exilés. 

Par C.N avec AFP

Le 30 septembre dernier, le maire RN de Fréjus, David Rachline a pris un arrêté stipulant que "la circulation des mineurs non accompagnés par une personne majeure est interdite du 1er octobre 2019 au 31 janvier 2020, de 22h à 6h du matin, lorsque cette circulation nocturne est de nature à porter atteinte au bon ordre, à la tranquillité ou à la sécurité publique". 

Une décision qui intervient dans un périmètre défini autour d'un centre qui accueille 35 mineurs étrangers isolés. Le maire se justifie en affirmant que des actes délictueux et des troubles à l'ordre public y ont été commis. 
 

Un souhait de "mettre fin à l'accueil des migrants"


Cet arrêté a été pris quelques jours seulement après le vote, le 26 septembre dernier, d'un voeu au conseil municipal qui demande au département de "mettre fin" sans délai à l'accueil des jeunes migrants sur la commune de Fréjus

Cette décision a rapidement créé une polémique au sein de la classe politique. "Cette idée de couvre-feu n'a pas lieu d'être, cela nous rappelle les pires heures de notre histoire", exprime Marie-José De Azevedo, présidente du Forum Républicain. 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus