Le dépôt pétrolier de Puget-sur-Argens bloqué ce mercredi matin, les gendarmes interviennent avant midi

Tôt ce matin, des dizaines de personnes ont pris position devant l'accès du dépôt pour protester contre la hausse du prix du carburant. Les gendarmes ont libéré l'accès vers 11h30.

Il alimente la Côte d'Azur en carburant. Tôt ce mercredi matin, l'accès au dépôt pétrolier de la Côte d'Azur a été bloqué.

Des dizaines de personnes se sont retrouvées sur le giratoire à l'entrée. Elles protestent notamment contre la hausse du prix du carburant ces dernières semaines en France.

Ce blocage nous a été confirmé par la mairie de Puget-sur-Argens et la préfecture, contactés en début de journée. Vers 9 heures la gendarmerie était sur place et a pu échanger avec les manifestants.

Une trentaine de camions bloqués

Des vidéos sur les réseaux sociaux indiquent la présence de manifestants aux abords du site pétrolier alors qu'il faisait encore nuit. Une cinquantaine de personnes sont ensuite visibles sur d'autres contenus publiés en ligne, une fois le jour levé. Trois camions-citernes sont bloqués par des barricades à l'extérieur du dépôt. Elles ont été montées avec des palettes en bois, des pneus ou des bidons d'huile. Deux d'entre elles sont clairement visibles sur les vidéos relayées par d'anciens gilets jaunes.

Certaines ont été suivies par près de 2000 viewers. Et autant de likes ou de partages. Une longue vidéo relayée par l'une des figures du mouvement, l'Antibois Oliv Oliv, d'une durée de près de 47 minutes, montre le calme de cette protestation. Les salariés du dépôt pétrolier ne sont pas à l'origine de ce blocage, indiquent plusieurs sources sur le site. Une trentaine de camions, à l'intérieur du dépôt, n'ont pas pu quitter les lieux pour effectuer leur tournée de livraisons.

Intervention des forces de l'ordre

Après 11 heures, les forces de l'ordre semblaient être décidées à ôter les barricades bloquant l'accès au dépôt pétrolier. La gendarmerie s'est positionnée à proximité, à une centaine de mètres du rond-point bloqué. 

Une douzaine de gendarmes mobiles dotés d'équipements tactiques, avec casques et boucliers, se sont mis en ligne avant de démonter les installations.

L'intervention des gendarmes mobiles n'a duré que quelques minutes. Aucun blessé ou dégât matériel dans l'enceinte du dépôt pétrolier ne sont à déplorer. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société prix du carburant consommation économie