Marine Le Pen lance depuis Fréjus le Rassemblement National dans la bataille des municipales voire de la présidentielle

Marine Le Pen au cours de la grande braderie de Henin-Beaumont, le 8 septembre dernier. / © Jean-Baptiste Quentin Maxppp
Marine Le Pen au cours de la grande braderie de Henin-Beaumont, le 8 septembre dernier. / © Jean-Baptiste Quentin Maxppp

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen lance ce dimanche 15 septembre ses militants réunis à Fréjus dans le Var, dans la bataille des municipales en attaquant de front Emmanuel Macron, avec déjà la présidentielle 2022 en vue. Une rentrée en terre conquise par David Rachline.

Par Anne Le Hars

Comme chaque année, c'est à Fréjus dans le Var que la partir de Marine Le Pen fait sa rentrée. Dans ce fief du Rassemblement national, dirigé par David Rachline, celle qui se dite la "présidente de l'opposition nationale" lance son parti dans la campagne aux élections municipales.

Le chef de l'Etat "est déjà en campagne présidentielle. (...) On ne va pas le laisser faire campagne tout seul", a glissé samedi à la presse la présidente du RN, jugé comme le parti qui incarne le mieux l'opposition à Emmanuel Macron, selon un sondage Elabe publié mercredi.

Les municipales en mars 2020, puis les départementales et les régionales en 2021,"ce sont des mousquetons qu'on fixe sur la paroi pour grimper jusqu'à l'objectif final", l'Elysée en 2022, selon Marine Le Pen, qui fera un discours ce dimanche à Fréjus à 15 heures.

Si le parti d'extrême droite est sorti victorieux des élections européennes fin mai, le scrutin municipal s'annonce toutefois moins favorable. La cheffe du RN n'est d'ailleurs "pas sûre d'avoir plus de listes" qu'en 2014 mais assure qu'il y aura "plus de listes avec des potentiels gagnants".  
 

S'implanter davantage



Il s'agit surtout pour le RN de s'implanter davantage, en irriguant autour de la dizaine de villes déjà conquises, dans ses bastions du Nord-Pas-de-Calais et du pourtour méditerranéen.
Le RN mise sur l'ouverture de ses listes à des personnalités extérieures au parti, comme à Paris où il soutiendra un énarque ou à Carpentras dans le Vaucluse, où la première place revient à un général à la retraite.

Marine Le Pen compte aussi sur l'effondrement des Républicains. 
 

David Rachline, élu à seulement 26 ans maire de Fréjus (53.000 habitants), la plus grosse ville tenue par le RN, a appelé les jeunes de son parti à se présenter aux municipales "pour tout remettre à plat" dans les communes:renforcer la sécurité et réduire les dépenses, y compris celles dédiées aux associations  "qui ne servent à rien (...), sous prétexte de promouvoir, par exemple, le vivre-ensemble".

Tension avec la presse ce samedi

 
Cette rentrée a été marquée ce samedi 14 septembre par des tensions avec la presse. Le parti a retiré son accréditation à un journaliste de Libération après la diffusion par le quotidien d'un portrait de David Rachline. Le RN est ensuite revenu sur sa décision.

Les journalistes de Mediapart et de l'émission Quotidien sont toujours interdits d'entrée aux événements du RN depuis 2012.
 - Avec AFP -

A lire aussi

Sur le même sujet

Orage à Nice est, le 20 octobre 2019

Les + Lus