Le préfet du Var avait pris un arrêté début mars, afin d'empêcher "toutes prises de contrôle" du trafic de stupéfiants dans le quartier populaire du Val des Rougières. Le juge du référé du tribunal administratif de Toulon a décidé ce jeudi de suspendre l’arrêté.

Le juge du référé du tribunal administratif de Toulon a décidé ce jeudi 7 mars de suspendre l’arrêté pris par le préfet du Var la semaine dernière suite à la multiplication des fusillades dans le quartier du Val des Rougières. Le 26 février dernier, des tirs avaient atteint des logements, heureusement sans faire de victime. 

Le représentant de l'État ne voulait pas que le quartier devienne le terrain de jeu des narcotrafiquants marseillais. Il voulait empêcher les dealers marseillais de venir faire leur business à Hyères, plus particulièrement dans ce quartier populaire ciblé ces derniers mois par des opérations anti-drogue.

Le texte prévoyait notamment à tous les individus résidant dans les Bouches-du-Rhône et connus pour des antécédents judiciaires en matière de stupéfiants, de circuler ou de stationner sur la voie publique dans la commune sans motif légitime. Il interdisait aussi le transport, la possession et l’utilisation de toute arme sans motif légitime.

Ces mesures étaient prévues du 28 février au 8 mars 2024.

Réponse du préfet du Var

Dans un communiqué à la presse le préfet du Var prend acte de la décision et précise qu'à "ce jour dans le cadre des mesures administratives prévues par les arrêtés préfectoraux du 27 février et du 1ᵉʳ mars, les forces de sécurité intérieure ont procédé au contrôle de 240 personnes et 135 véhicules et à l’interpellation d’un individu porteur d’armes dans son véhicule."

Et d'ajouter : " les services de l’État poursuivent sans relâche et avec la plus grande détermination les
actions visant à lutter contre les trafics de stupéfiants et à sécuriser l’ensemble du quartier
afin d’assurer la libre circulation de ses habitants."

Le maire de la commune, Jean-Pierre Giran, avait salué la prise de cet arrêté et souhaitait plus de mesures concrètes. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité