1,2 million d'euros d'indemnités pour les communes varoises touchées par la pollution aux hydrocarbures

Le 7 octobre 2018, 2 navires entraient en collision au large de la Corse. La pollution qui s'en suivit a touché 11 communes du Var, principalement dans le Golfe de Saint-Tropez. 9 mois plus tard, les premières indemnisations ont été versées, mais l'évaluation finale du préjudice est encore en cours.
Des équipes de nettoyage resteront mobilisées jusqu'à fin septembre au Cap Taillat à Ramatuelle où des résidus de pétrole continuent de s'échouer.
Des équipes de nettoyage resteront mobilisées jusqu'à fin septembre au Cap Taillat à Ramatuelle où des résidus de pétrole continuent de s'échouer. © FTV
Saint-Tropez, Sainte-Maxime, Ramatuelle, La Croix-Valmer, Grimaud, Cogolin, Gassin, Bormes-les-Mimosas, le Rayol-Canadel, Hyères, Carqueiranne. 11 communes varoises touchées. Une cinquantaine de plages souillées à l'automne 2018 par des boulettes d'hydrocarbures.

Les agents municipaux et les bénévoles ont mis des mois à débarrasser méthodiquement le sable et les rochers de cette pollution qui n'en finissait plus d'arriver de la mer, avant de rendre le littoral au public.

Aujourd'hui encore, des résidus de pétrole continuent de se déposer sur le magnifique site du Cap Taillat. Des équipes restent mobilisées au moins jusqu'à la fin de l'été.

Neuf mois ont passé, et les communes ont enfin touché les premières indemnités. Ramatuelle a déjà touché 66 000 euros. En tout 1,2 million d'euros devraient être versés. Mais le dossier est loin d'être clos.

" Les discussions se poursuivent avec les assurances quant aux indemnités définitives, pour la perte d'image, dommage immatériel, et pour les conséquences sur l'environnement", explique Vincent Morisse, maire de Sainte-Maxime et Président de la Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez.

A la veille de l'été, la priorité des communes était ailleurs. Elles ont tout fait pour que la saison touristique puisse débuter dans des conditions normales, avec une qualité d'eau de baignade garantie.

"C'est le cas aujourd'hui. Nous avons pu ouvrir nos plages aux touristes avec des analyses parfaites et des pavillons bleus à tous ceux qui l'ont demandé", précise l'élu.

Voyez notre reportage sur place :
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société écologie marée noire