Agression d'un élu écologiste en marge d'un banquet Reconquête! : les principaux prévenus condamnés à une amende avec sursis

Le 11 juin 2023, Hakim Bouaksa était agressé à La-Seyne-sur-Mer. Ce conseiller municipal Europe Écologie Les Verts avait eu un bras cassé et 30 jours d'interruption temporaire de travail. Ses agresseurs ont été jugés ce mardi à Toulon. Deux des quatre prévenus ont été reconnus coupables et condamnés à une amende avec sursis.

Après l'agression de l'élu EELV seynois, Hakim Bouaksa l'été dernier, le tribunal de Toulon a condamné deux des quatre prévenus à une amende de 5000 euros avec sursis.

Ces deux individus avaient reconnu les coups portés, ils n'ont finalement pas été condamnés à de la prison, contrairement aux réquisitions du procureur qui demandait 18 mois de prison avec sursis la semaine dernièreLes deux autres prévenus, le gérant du camping et l'épicier ont eux été relaxés. 

L'agression en marge d'un "banquet patriote"

Pour rappel, les faits se sont déroulés le 11 juin 2023. Ce jour-là, l'élu EELV a été agressé à La-Seyne-sur-Mer alors qu'il participait à un rassemblement de protestation, non autorisé, contre la tenue, dans un camping, d'un banquet de militants locaux du parti d'Eric Zemmour, Reconquête. 

Le conseiller municipal seynois avait alors été violemment agressé par plusieurs personnes. Admis aux urgences de l'hôpital Sainte-Musse, il y a été pris en charge pour de multiples blessures, bras cassé, entorse cervicale, traumatisme crânien, entaille à la lèvre, contusions. Le médecin a établi une Incapacité Totale de Travail (ITT) de 30 jours, et l'intéressé a porté plainte.

Au cours de l'audience du 28 novembre dernier, devant le tribunal correctionnel, le conseiller municipal est revenu sur les coups qu'il avait reçus : "J’ai un petit garçon de trois ans, j'ai une famille et je pense qu'il y a beaucoup de personnes qui ont été touchées, il y a aussi les personnes qui m'ont élu qui ont été touchées. Ce qui est certain, c'est que mon combat contre le racisme et contre les valeurs de l’extrême droite ne s'arrêtera pas là."

"On envoie un mauvais message à la population "

Selon le tribunal de Toulon, qui a rendu son jugement ce mardi 5 décembre, c’est le "comportement contestable du conseiller municipal Hakim Bouaksa qui a entraîné son agression cet été à La Seyne, en raison de la participation à une manifestation non déclarée". Absent lors du délibéré, avec son avocat, l'élu a déjà annoncé faire appel. 

Le conseiller municipal réfute l'idée qu'il soit à l'origine de la manifestation qui a été organisée. "Jamais, jamais, je n’ai contribué à aucune agression, je n’ai pas commis de brutalité ni tenu de propos injurieux. Je ne suis pas à l’origine de cette altercation", explique-t-il à France 3 Toulon.

Lors du délibéré, ce mardi 5 décembre, la présidente du tribunal a précisé que le droit à l'indemnisation de l'élu allait être réduit de 50%, comme il a été tenu en partie responsable de la situation.

Hakim Bouaksa a expliqué qu'il allait faire appel. "Aujourd’hui, la loi ne me permet pas de faire appel sur la question pénale. Mais avec les conseils de mon avocat, j’ai décidé de faire appel sur les intérêts civils."

Il ajoute et insiste : " Je voudrais surtout dire qu’on envoie un mauvais message à la population, on fait comprendre que plus ou moins : agresser un élu, c’est plus ou moins autorisé."

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité