Évacuations, accueil des migrants, réactions politiques… L'Océan Viking à Toulon ce vendredi

Actuellement au nord de Bastia, le bateau humanitaire de l'association SOS Méditerranée sera accueilli au port de Toulon vendredi. L'annonce a été faite par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ce jeudi midi.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Alors que le bras de fer diplomatique continue entre Paris et Rome, ce 10 novembre 2022, pour savoir qui accueillera le bateau de migrants, l'Ocean Viking, "la situation à bord du navire a atteint un niveau critique et doit être résolue de toute urgence pour éviter une tragédie humanitaire", selon la Commission européenne. 

Le bateau de l'ONG européenne SOS Méditerranée, accueillant 234 migrants, pourrait finalement accoster au port de Toulon, dans le Var, dès ce vendredi à l’aube ou dans le week-end selon nos confrères d’Europe 1.

Quatre personnes évacuées vers l'hôpital de Bastia

Une partie des effectifs de la police aux frontières est en train de se rendre vers le port de Toulon selon Europe 1. Le dossier serait entre les mains de l'Élysée. L'édile, Hubert Falco, n'a pas été sollicité sur le sujet car c'est "la seule responsabilité du Préfet maritime", rapporte la mairie. 

Les seules informations délivrées à la Ville c'est que les migrants seront pris en charge dans les hectares militaires de Toulon, seulement si le bateau venait à arriver dans la rade. "Mais à cette heure, on ne sait toujours rien", raconte Hubert Falco lors d'une conférence de presse ce jeudi, en fin de matinée. 

Vers 10 heures, jeudi 10 novembre 2022, le bateau Ocean Viking longe les côtes corses. "Nous n'avons toujours pas d'instructions de la part des autorités maritimes françaises", témoigne Meryl Sotty, membre de l'ONG. 

Le bateau arrive de Syracuse, en Sicile, et maintient une allure de onze nœuds - soit 20 kilomètres par heure. À cette vitesse, le bateau pourrait atteindre Toulon dès ce vendredi 11 novembre. 

Dans les alentours de 11 heures, ce vendredi, quatre personnes ont été évacuées vers l'hôpital de Bastia, en Corse. Cette opération d'évacuation sanitaire est mise en œuvre par le secrétariat général de la mer sur instruction de la Première ministre.

Des migrants relocalisés dans toute la France 

Coup de théâtre ce jeudi 10 novembre 2022 sur les coups de midi. L'Ocean Viking va être accueilli à Toulon "à titre exceptionnel", a annoncé ce jeudi le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Il a critiqué le "choix incompréhensible" de l'Italie de ne pas accepter le navire humanitaire, avec à son bord 242 migrants.

"J'ai bien précisé, à la demande du président de la République, que c'est à titre exceptionnel que nous accueillons ce bateau, au vu des quinze jours d'attente en mer que les autorités italiennes ont fait subir aux passagers", a déclaré le ministre à l'issue du Conseil des ministres.

"Un tiers" des migrants à bord seront "relocalisés" en France, a poursuivi Gérald Darmanin, et ceux qui ne répondront pas aux critères de demandeurs d'asile "seront reconduits directement", a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

"Un cirque médiatique" 

"C’est un grand soulagement que de savoir que dans 24 heures, un dénouement va enfin arriver et que le navire va pouvoir accoster", réagi Sophie Beau, cofondatrice et directrice générale de l’ONG SOS Méditerranée, en évoquant cependant une "solution qui a un goût amer car ces femmes, enfants et hommes viennent de vivre un calvaire pendant vingt jours".

C'est un échec dramatique de la part de l'ensemble des États européens. Ils ont bafoué le droit maritime d'une manière inédite dans cette séquence.

Sophie Beau, cofondatrice et directrice générale de l’ONG SOS Méditerranée

La directrice générale de l’ONG appelle désormais, "urgemment", les États de l’Union européenne à établir un mécanisme de débarquement en lieu sûr pour les rescapés. "On assiste à chaque fois à ce même cirque médiatico-politique qui est indigne et honteux", a dénoncé ce jeudi sur franceinfo Sophie Beau.