La zone d'attente maintenue fermée à Hyères pour les migrants secourus par l'Ocean Viking

Une requête de l'Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers, demandant la fin des privations de liberté pour les migrants secourus l'Ocean Viking, et placés dans une zone d'attente fermée à Hyères, a été rejetée ce mardi par la juge des référés du tribunal administratif de Toulon.

L'Anafé demandait, entre autres, à la juge des référés du tribunal administratif de Toulon, que la création par arrêté préfectoral de cette "zone d'attente" dans un centre de vacances de la presqu'île de Giens, d'où les migrants naufragés en Méditerranée ne peuvent pas sortir, soit suspendue.

Un "détournement de pouvoir" de l'Etat selon l'Anafé 

L'association arguait notamment d'un "détournement de pouvoir" de l'Etat et demandait qu'il soit enjoint aux autorités de "mettre fin immédiatement aux privations de liberté de toutes les personnes qui se trouvent dans cette zone" et "de les orienter vers un lieu d'hébergement susceptible de les accueillir en tenant compte de leur composition familiale et de leur état de santé".

Le tribunal administratif de Toulon a statué

La juge des référés a toutefois estimé que le préfet du Var a dû créer cette zone fermée "pour répondre à l'urgence qu'il y avait à accueillir près de 250 personnes provenant de différents pays, afin de leur prodiguer des soins rendus urgents par les difficultés rencontrées durant leur périple".

Elle cite aussi la nécessité "de garantir leur sécurité dans un contexte politique marqué par une instrumentalisation de l'arrivée collective de migrants par l'extrême droite", selon une copie du jugement obtenue par l'AFP. Notant certes que l'Anafé n'a pas eu accès au port militaire de Toulon à l'arrivée des migrants, mais que cette association peut en revanche accéder au centre de Hyères, la juge a donc rejeté les demandes.

L'Ocean Viking, navire affrété par l'ONG SOS Méditerranée en partenariat avec la Fédération internationale de la Croix-Rouge, avait secouru fin octobre 234 personnes, hommes, femmes et enfants, menacées de naufrage au large de la Libye.    

1.891 personnes ont disparu en Méditerranée en 2022

Depuis le début de l'année, 1.891 personnes tentant de rejoindre l'Europe ont disparu en Méditerranée, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Après le refus de l'Italie d'accorder un port sûr à l'Ocean Viking, comme le prévoit le droit maritime, la France avait accepté de laisser débarquer les migrants rescapés à Toulon vendredi, plaçant la plupart d'entre eux dans cette zone d'attente fermée à Hyères, à l'exception de 44 mineurs isolés et de deux personnes hospitalisées.

Lundi soir, 188 de ces migrants rescapés, parmi lesquels 23 femmes et 13 mineurs, qui comptent tous demander l'asile, étaient toujours dans la zone d'attente, selon la préfecture. 

Quel accueil pour les mineurs ?

Paola Abellonio, responsable du service pour mineurs non accompagnés du Conseil départemental du Var, détaille l'accueil des plus jeunes migrants de l'Ocean Viking arrivés à Toulon ce vendredi. 

Selon nos confrères du Figaro, quatre migrants présents à bord de l'Ocean Viking ont été autorisés à quitter la zone d'attente pour vice de procédure. Une fois libérés, ils recevront un visa de régulation de huit jours.

L'Agence France-Presse a également expliqué aujourd'hui que quarante-quatre des 234 rescapés du navire humanitaire Ocean Viking débarqués la semaine dernière vont être expulsés vers leur pays d'origine, a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

-Avec AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité