• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Toulon : la ministre des Armées Florence Parly ce jeudi sur le porte-avions Charles-de-Gaulle

Le 11 octobre dans le Finistère: Cérémonie de la 500e patrouille d'un SNLE à l'Ile Longue , présidée par Florence Parly , Ministre des Armées. / © MAxppp
Le 11 octobre dans le Finistère: Cérémonie de la 500e patrouille d'un SNLE à l'Ile Longue , présidée par Florence Parly , Ministre des Armées. / © MAxppp

La ministre des Armées Florence Parly se rend jeudi sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, au large de Toulon, à l'occasion de la fin des travaux de rénovation, à mi-vie, du bâtiment, qui ont duré 18 mois. 

Par @annelehars

Après l'annonce de la visite présidentielle le 14 novembre prochain sur le navire basé à Toulon, c'est au tour de la ministre des Armées Florence Parly se rend ce jeudi 8 novembre sur le porte-avions Charles-de-Gaulle.
 

Dès le premier trimestre 2019, il "pourra repartir en mission opérationnelle avec l'ensemble de son groupe aéronaval", indique le ministère dans un communiqué. 
Après 15 ans d'existence, le  Charles-de-Gaulle "a connu une rénovation en profondeur destinée à maintenir ses performances opérationnelles jusqu'à son retrait du service
actif autour de 2038", précise le ministère.

Plus de 2.000 personnes ont travaillé à cette rénovation, réalisée à Toulon durant 18 mois.  
Outre des travaux d'entretien et de maintenance, le Charles-de-Gaulle a modernisé son système de combat avec notamment l'installation d'un nouveau radar de veille
aérienne.

Les travaux ont nécessité 4 millions d'heures de travail et fait intervenir 160 entreprises sous-traitantes pour une facture de plus d'un milliard d'euros.

Après une phase d'essais, le Charles-de-Gaulle va entamer un cycle d'entraînement.
-Avec AFP

Vers un successeur du porte-avions Charles-de-Gaulle

Lors du salon Euronaval, la ministre Florence Parly a lancé "officiellement" "le programme de renouvellement" du porte-avions Charles-de-Gaulle, qui est évalué à 4,5 milliards d'euros.
La ministre a en fait lancé qu'une phase d'étude, d'un montant de 40 millions d'euros. Mais d'ici à sa mise en service à l'horizon 2030/2035, beaucoup d'eau aura glissé sur l'étrave du Charles-de-Gaulle, qui sera désarmé entre 2035 et 2040.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus