VIDEO. Des passagers d'un navire de la Corsica Ferries en viennent aux mains avec l'équipage

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux dimanche, on peut voir des passagers et des membres de l'équipage d'un bateau de la compagnie Corsica Ferries qui relie Porto-Vecchio à Toulon en passant par Ajaccio en venir aux mains.

Un marin de la Corsica Ferries, en jaune, retient une passagère.
Un marin de la Corsica Ferries, en jaune, retient une passagère. © Capture écran Twitter
"Hé basta !", des cris et des hurlements. Sur la vidéo on voit des marins, habillés en jaune et des passagers s'affronter. Gabin Ougier Simonin, l'auteur de la publication, a accompagné cette vidéo d'un message : "Payer une cabine pour ne pas l’avoir. Se faire voler son téléphone car elle filmait. Se faire frapper par des gens de l’équipage. Merci pour cette super traversée".

Nous avons pu joindre Gabin Ougier Simonin qui explique que le bateau devait partir de Porto-Vecchio, dans l'extrême sud de la Corse. Une semaine avant, la traversée a été avancée de 3 heures pour récupérer des passagers à Ajaccio car le bateau n'était pas plein. "Les gens étaient aussi très nerveux. Il y a eu aussi des bousculades entre passagers". Il a ajouté que l'accueil était débordé et a décidé de fermer lors des bousculades. 
Ce jeune témoin n'a pas eu de problème de cabine et pour cause, il n'en avait pas réservé.  

"Les gens étaient aussi très nerveux. Il y a eu aussi des bousculades entre passagers"

Gabin Ougier Simonin, passager du bateau

Des cabines attribuées deux fois

L'information révélée par Corse-Matin nous a été confirmée par la compagnie. Pierre Mattei, président du groupe Lota Maritime parle "d'une erreur dans l'attribution automatique des cabines a conduit à des doublons sur l'Ajaccio-Toulon".
Samedi soir, certains passagers du Mega Andrea avaient réservé une cabine, avec ce doublon il se sont retrouvés sans lit avant que la situation ne soit réglée pour une partie d'entre eux.
Nos confrères de Corse-Matin expliquent qu'un passager a été relogé dans de mauvaises conditions : "J'ai dû dormir par terre pour laisser le lit double à mes enfants". Sur les réseaux sociaux, la compagnie n'a pas répondu aux sollicitations des passagers en colère et n'a pas communiqué sur cet incident. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers transports maritimes économie transports mer méditerranée
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter