"On est dans le flou", une entreprise de glace carbonique du Var attend les commandes pour le transport des vaccins

A Signes (Var), une entreprise produit 400 tonnes de glace carbonique par an. Malgré les annonces sur la livraison des vaccins en fin d’année, pas plus de détails sur la logistique qui doit être mise en place pour respecter la chaîne du froid. 

La glace carbonique permet de conserver les vaccins à moins 78 degrés.
La glace carbonique permet de conserver les vaccins à moins 78 degrés. © DIRK WAEM - MAX PPP

C'est le nouveau casse-tête des autorités. Comment acheminer, conserver et distribuer dans toute la France un vaccin qui doit absolument rester à -78 degrés ?

Seule solution, la glace carbonique appelée également sèche. Il s'agit de CO2 (carbone) comprimé, un gaz qui devient solide par plusieurs phases de compression. Il descend jusqu’à moins 78 degrés, la température idéale pour le vaccin Pfizer-BioNTech. 

UPS et Fedex

Un secteur méconnu qui est une niche industrielle : il existe seulement une dizaine d’indépendants sur le territoire national. L'entreprise Air Cryo Services située dans la zone industrielle de Signes, petite commune du Var, en fait partie. Jean-Marie de Blaecker affirme avoir été contacté par des transporteurs nationaux, mais pas par des autorités sanitaires ou préfectorales. Les transporteurs routiers qui l’ont contacté sont d’ailleurs les mêmes que ceux qui ont livré le vaccin aux Etats-Unis : UPS et Fedex.

Secteur médical et la viticulture

L'industriel a créé son entreprise en 2003. Il produit 400 tonnes de glace carbonique par an. Un produit confidentiel dont l’utilité est pourtant assez large. Il travaille pour le secteur médical et la viticulture, beaucoup moins actuellement pour le secteur événementiel, confinement oblige.

Accélération de la livraison en fin d'année

Mais pour l’instant, malgré les annonces du premier ministre sur l’accélération de la livraison des vaccins en fin d’année, pas plus de détails sur la logistique qui doit être mise en place. 

Jean-Marie de Blaecker le concède : « On est dans le flou artistique le plus total. Ils ne vous donnent pas de date. J’avoue, je pensais que compte tenu du contexte il y aurait des répercussions en province. Mais le gros du business se passe dans le nord et l’est de la France. Car les fabricants du vaccin sont en Belgique. Donc, les départs devraient se faire de là-haut. »

Carbonord, située à Estourmel dans le Nord, fait partie de ceux qui ont été contactés. L'entrepreneur varois ajoute : 

Nous, on est prêt. On a largement les capacités pour répondre. On est opérationnel. On peut augmenter la cadence si besoin. J’ai les fourgons, j’ai les livreurs. Ce genre d’opérations, on a l’habitude !

Jean-Marie de Blaecker, patron de Air Cryo Services

"Vaccination de masse"

Malgré cette réactivité, il explique : « ça peut coincer sur les emballages. C’est surtout la première fois que nous sommes confrontés à une vaccination de masse. »

Le problème de conservation peut surtout se poser pour la fin de la chaîne du froid et le stockage, une fois les livraisons effectuées. Les hôpitaux et les Ehpad vont devoir avoir les moyens pour conserver ces vaccins à moins 78 degrés. Mais pour l’instant, Air Cryo services n’a pas reçu de commande.

"Gants pour éviter de se brûler"

Car la glace carbonique, c’est un peu plus compliqué à conserver que la bûche de Noël ! Même si des emballages spéciaux existent. La conservation est liée à la température extérieure et le fait que le colis reste fermé.

Jean-Marie de Blaecker précise : "quand on manipule la glace carbonique, il faut des gants pour éviter de se brûler les doigts. Il faut aussi être attentif car le CO2 c’est un gaz qui mortel, donc il ne faut pas faire n’importe quoi lors du stockage."

Le risque, si la température remonte et qu'il y a une rupture dans la chaîne du froid : le vaccin pourrait devenir inefficace. Normalement, celui-ci peut tout de même se conserver trois jours au réfrigérateur. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société politique sciences culture transports