"Stop, les gars, vous êtes filmés !" : contre les violences dans le football amateur, des arbitres équipés de caméras

Une quarantaine de faits de violence ont été constatés depuis le début de la saison sur les terrains de football du District Grand Vaucluse. Depuis un mois, les arbitres sont équipés de caméras pour filmer l'intégralité des rencontres.

La preuve par l'image. "Stop, les gars, vous êtes filmés !". Deux joueurs en viennent aux mains, au cours d'une rencontre de football amateurs. La scène est filmée par une caméra Go Pro, fixée sur la poitrine de l'arbitre. Face à la recrudescence des faits de violence constatés dans le foot amateur, le district Grand Vaucluse équipe depuis un mois tous ses arbitres de caméras, pour filmer l'intégralité des rencontres. 

Insultes et tentatives de coups

"Cette année, j'ai été victime d'insultes et tentatives de coups, c'est bien dommage qu'à ce moment-là, je n'avais pas la Go Pro pour filmer ces échanges qu'il y a eus avec ce joueur", raconte Mohamed Ezkiyouh, arbitre depuis dix ans, qui salue cette initiative.

Ces caméras ont pour but de dissuader et éventuellement sanctionner les auteurs de dérapages constatés sur les terrains, mais aussi en dehors. "Tous les dimanches, on regarde les matchs et il y a tout le temps de la violence, des insultes, de l'irrespect", témoignent Barbara et Lucia, deux amies supportrices.

Des faits en augmentation de 150%

"On a augmenté de 150% les faits disciplinaires, des interruptions de matches, des bagarres générales", note Christophe Benoit, président District Grand Vaucluse. Parfois ce sont même "les parents qui s'en prennent à l'éducateur ou qui veulent se bagarrer avec les parents adversaires"

Le District a investi 5 000 euros pour endiguer ce phénomène. Dix caméras sont utilisées systématiquement sur les matches à enjeux et les rencontres jugées à risque. 

"C'est vraiment très intéressant, ça calme les joueurs et ça diminue un peu les exitations", approuve Esteban Alcocer, capitaine Olympique Eyraguais. "C'est une bonne chose pour protéger les arbitres et même pour l'équipe qui se déplace à l'extérieur, elle se sent un peu rassurée qu'il y ait des images ", estime Karim Elhamraoui, capitaine Racing Club Bollène. 

Ce dispositif est expérimenté avec succès depuis deux ans par le District de la Loire. Il est testé jusqu'en fin de saison par celui du Vaucluse.