Bébé retrouvé mort dans une voiture à Carpentras : quatre questions sur ce syndrome du "bébé oublié"

Le syndrome du bébé oublié existe. Difficiles à quantifier, ces drames peuvent survenir très vite, même en dehors des périodes de fortes chaleurs et dans toutes les familles. Quelles sanctions alors pour les parents coupables d'homicide ?

Un drame qui n'est pas une première. Un enfant de 7 mois est mort après avoir été probablement oublié en voiture par son père, mercredi 19 juin à Carpentras. Un fait divers terrible qui a suscité une forte émotion et une incompréhension partagée par de nombreux parents. Pourtant, ce type de drame est récurrent et soulève plusieurs questions concernant le syndrome du "bébé oublié", qui existe pour des experts en psychologie. 

Est-ce que c'est fréquent d'oublier un enfant dans une voiture ?

Difficile d'obtenir des chiffres précis sur ce phénomène. "Les décès d'enfants laissés seuls dans des véhicules automobiles ne font pas l'objet d'une codification [...]. Ces accidents sont parfois comptabilisés comme des accidents de la route, mais plus généralement, ils sont classés avec les déshydratations ou les hypothermies", relate un avis de la Commission de la Sécurité des Consommateurs en 2009.

Mais l'organisme a tout de même tenté de compter ce type de drame, en se basant sur les médias, principaux relais de ces décès. Entre juin 2007 et août 2009, 24 cas d'enfants laissés seuls en voiture ont été relevés en France.

Parmi eux, moins de la moitié ont été oubliés, la majorité étant des actes volontaires, pour les laisser dormir ou le temps de faire les courses, par exemple. Et ce phénomène n'est pas exclusif à l'Hexagone, puisqu'en 2022, 36 enfants restés seuls dans des véhicules sont morts aux États-Unis. 

Pourquoi les enfants sont-ils oubliés à bord ?

C'est justement aux États-Unis qu'un chercheur en psychologie s'est penché sur les causes du syndrome du bébé oublié. Dans un article de 2018, il explique que de nombreux parents étaient dans des périodes de stress intenses ou avaient vécu des situations les ayant fortement distraits, peu avant de laisser leurs enfants dans le véhicule. Des difficultés qui s'ajoutent à un déficit de sommeil dans certains cas, ou à des habitudes d'itinéraires en voiture qui passe le cerveau en fonction "pilotage automatique" et font oublier la présence de jeunes passagers parfois endormis.

Ce syndrome est donc dû à un oubli, et pas à des problèmes de relations entre le parent et l'enfant, comme l'explique la psychologue clinicienne Ilana Waserscztajn pour Actu.fr. "Des parents y voient un acte manqué comme un manque d’intérêt ou d’amour pour leur enfant alors qu’il s’agit d’un mécanisme psychologique, voire neurologique".

À lire aussi : Mort d'un bébé à Carpentras : un papa oublie son enfant de 7 mois dans la voiture et part au travail

Quels sont les dangers pour l'enfant ?

Le principal risque est le décès par hyperthermie, à cause de la chaleur qui augmente vite dans l'habitacle du véhicule. "Alors même qu'une température extérieure peut être jugée tempérée, de l'ordre de 15 à 20°C, elle peut monter jusqu'à 45°C en moins d'une demi-heure dans une voiture", alerte le ministère de l'Intérieur dans une fiche de prévention en ligne.

Une hausse qui peut très rapidement avoir des conséquences mortelles. "Avec une température extérieure de 26°C, dix minutes suffisent pour provoquer la mort d'un jeune enfant dans une voiture", précise le gouvernement.

Une température devient vite difficile à supporter pour un adulte, et encore plus pour un bébé. Jusqu'à 4 ans, en moyenne, le corps des enfants gère mal les variations du thermomètre. Selon la commission de sécurité des consommateurs, leur capacité à transpirer, et donc à rafraîchir leurs corps, est réduite. "Laissé dans un véhicule, leur température corporelle peut augmenter 3 à 5 fois plus vite que celle d'un adulte", détaille l'avis.

De plus, si l'enfant dort, il y a un risque que la chaleur ne le réveille pas et qu'il ne puisse pas pleurer pour donner l'alerte.

Quelle sanction pour les parents ?

Les personnes présentes dans la voiture peuvent être reconnues coupable d'homicide involontaire, et être condamné à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amendes. Selon le Code pénal, "en cas de violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement" cela peut même atteindre 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Mais dans les faits, la justice peut aussi être plus clémente, et ne pas alourdir le fardeau des parents. Ainsi, elle peut reconnaître leur culpabilité, sans pour autant y assortir de peine de prison ou de sanction financière, explique Cathy RIchard, une avocate au barreau de Pontoise pour BFMTV.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité