Marion Maréchal-Le Pen approuve le retrait des affiches de prévention sida

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP / ND

La députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a estimé mercredi que les maires de droite qui ont pris des arrêtés pour faire retirer des affiches d'une campagne de prévention du sida montrant des homosexuels ont "eu raison".

"Je pense que ces maires ont eu raison, ça ne tient pas tellement à la question de l'homosexualité, mais surtout à la façon dont sont présentés les comportements sexuels, et que ces affiches sont à la vue de tous, notamment manifestement à la sortie d'un certain nombre d'écoles", a affirmé la nièce de Marine Le Pen.

"On peut se poser la question de savoir s'il est du rôle du ministère de la Santé de banaliser des comportements à risques qui ne sont pas nécessairement accessibles au discernement des enfants à travers l'expression 'coup d'un soir', 'coup d'une nuit'

(...). Est-ce que dans ces cas-là il ne faut pas des outils ciblés avec des outils adéquats ?" a-t-elle encore demandé. Sa position est la même que celle de plusieurs hauts responsables FN, comme Louis Aliot, l'un des vice-présidents du FN.



Au contraire, Kevin Pfeffer, patron du FN en Moselle et conseiller régional proche du vice-président du FN Florian Philippot, a, lui, tweeté un article sur le sujet avec la mention: "France, année 2016... Chez LR, il n'y a plus de limites visiblement", un message rediffusé par Joffrey Bollée, directeur de cabinet de M. Philippot.

"Si on suit la logique, Christophe Béchu", maire (LR) d'Angers auteur d'un des arrêtés, "va proposer une loi interdisant aux homosexuels de se tenir la main et s'embrasser près des écoles", a aussi tweeté Aymeric Merlaud, patron du FN en Maine-et-Loire et autre conseiller régional.



La ministre de la Santé a décidé ce mardi de saisir la justice administrative après la décision polémique de plusieurs municipalités de droite de faire retirer des affiches d'une campagne de prévention du sida montrant des homosexuels.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité