Pertuis : 120 pieds et 230 gr de têtes de cannabis saisis chez un particulier en bordure de Durance

Les gendarmes de Pertuis ont saisi des têtes et pieds de cannabis, ainsi que du matériel de culture extérieure et "indoor" chez un particulier dans le quartier Val de Durance. L'homme âgé de 26 ans est toujours en garde à vue.

Les gendarmes ont trouvé les pieds de cannabis dissimulés dans la végétation à proximité du campement.
Les gendarmes ont trouvé les pieds de cannabis dissimulés dans la végétation à proximité du campement. © Gendarmerie de Pertuis
L'homme n'est pas un inconnu pour les gendarmes. Il s'est déjà fait connaître de la justice pour des affaires autres que trafic de stupéfiants. 

Depuis hier matin en garde à vue, il tente de convaincre les enquêteurs que les 230 grammes de têtes de cannabis (à partir desquelles s'extrait la résine) retrouvées chez lui et les 120 pieds arrrachés autour de son campement, devaient servir à sa consommation personnelle. 

Des productions semi-industrielles

L'homme était bien équipé pour sa "petite" production.

"On a saisi un nombre conséquent de matériel pour la culture extérieure et indoor, des lampes à incubation, des pompes, matériel pour arroser avec capteurs de diffusion et un véhicule de type Audi A6", note le commandant de la gendarmerie de Pertuis, Jérôme Soulet. 
Les gendarmes de Pertuis ont saisi toute sorte de matériel destiné la culture de cannabis.
Les gendarmes de Pertuis ont saisi toute sorte de matériel destiné la culture de cannabis. © Gendarmerie de Pertuis
L'homme, issu de la communauté des gens du voyage, est originaire du Val de Durance où il domicilié depuis plusieurs années.

11.000 pieds arrachés l'été 2018

Ces dernières années, le Val de Durance est devenue une zone de production importante de cannabis. Les petites productions semi-industrielles destinées en partie à la revente se multiplient. 

On avait mis un gros frein à l'économie souterraine de ce secteur-là, mais ils se sont adaptés.

A l'été 2018, les gendarmes de Pertuis y ont arraché près de 11.000 pieds de cannabis, pour une valeur estimée à 4,5 millions d'euros à la revente.

"On avait mis un gros frein à l'économie souterraine de ce secteur-là, mais ils se sont adaptés, explique le commandant Soulet, ils ont muté leurs cultures l'année dernière sur d'autres secteurs tels que les Bouches-du-Rhône. Et on a des renseignements cette année que ça revient un peu sur notre secteur". 

C'est ainsi que les gendarmes ont pu dénicher cette nouvelle culture dissimulée dans ce quartier isolé, très étendu et difficile d'accès en bordure de la Durance. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers police société sécurité justice