• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Vaucluse : l’abbaye de Sénanque en danger.

L'abbaye cistercienne de Sénanque construite en 1148 après le Thoronet, Aiguebelle et Silvacane. / © Marie-Agnès PELERAN/Lydia QUERIN
L'abbaye cistercienne de Sénanque construite en 1148 après le Thoronet, Aiguebelle et Silvacane. / © Marie-Agnès PELERAN/Lydia QUERIN

Les Frères cisterciens lancent un appel au don pour sauver l’abbaye de Sénanque en Vaucluse. Une somme avoisinant les 2 millions d’euros serait nécessaire pour renforcer une partie de l’édifice qui menace de s’effondrer.

Par Eric Ambrosini

Construite en 1148, l’abbaye cistercienne de Sénanque a fêté cette année ses 870 ans. Tout en magnifiant le cachet de cet édifice, le temps a provoqué quelques rides devenues aujourd’hui des fissures inquiétantes.
 

Une menace d’effondrement


C’est en Juillet dernier que les signes avant-coureurs ont été aperçus. Lors d’une étude de structure, les experts ont découvert qu’une des façades était en train de s’affaisser. Etayée en urgence, une partie de l’abbaye est aujourd’hui fermée au public pour raisons de sécurité.
 

Une facture qui grimpe


A l’époque les travaux de renforcement étaient estimés à 1,2 millions d’euros. Un appel au don a été lancé mais seulement 30% de la somme a pu être recueillie… le chantier n’ayant toujours pas démarré, la facture elle ne cesse de s’alourdir

« Il y a vraiment urgence. Aujourd’hui avec les désordres supposés du clocher, la facture est passée à 2 millions d’euros »

L’inquiétude de Frère Jean est forte surtout que la communauté ne sera pas en mesure de financer :

« Nous sommes incapables d’avancer cette somme »

 



Des visiteurs nombreux et concernés

En ce moment l’abbaye continue d’accueillir le public qui ne peut avoir accès aux parties endommagées. Chaque année ils sont 400 000 visiteurs à venir admirer les lieux et tous sont sensibles à cette situation dramatique…

Muriel Stéfanello en fait partie :

 « C’est le patrimoine français, c’est l’intérêt de tous de le préserver ! »


Selon les moines, l’Etat se serait engagé à participer à hauteur de 40% du montant des travaux. Mais pour l’instant, rien n’a été concrétisé pour démarrer le chantier

Sur le même sujet

Moraldo - Pastore

Les + Lus