VIDEO. Venturi Monaco dévoile le premier véhicule électrique d'exploration polaire

Le groupe Venturi vient de présenter la troisième version d'Antarctica, le premier véhicule électrique d'exploration polaire. Il partira en fin d'année pour la base scientifique belge princesse Elisabeth, en Antarctique.

Le véhicule Antarctica (véhicule électrique d'exploration polaire, Venturi) partira par bateau de Monaco jusqu'à la station Princesse Élisabeth (pôle sud) fin octobre.
Le véhicule Antarctica (véhicule électrique d'exploration polaire, Venturi) partira par bateau de Monaco jusqu'à la station Princesse Élisabeth (pôle sud) fin octobre. © Loïc Blache FTV

Le constructeur monégasque de véhicules électriques Venturi vient de présenter le premier engin d’exploration polaire zéro émission. Son nom : Antartica.

Si sa couleur évoque un peu "Objectif Lune" de Tintin, sa mission est elle bien terrestre. Ce véhicule unique vise à mettre à la disposition de la communauté scientifique en Antarctique un moyen de déplacement zéro émission, résistant à des conditions extrêmes.

Cet engin sera rattaché dès le 7 décembre prochain à la base scientifique Princesse Elisabeth, en Antarctique. Il partira de Monaco en bateau fin cotobre pour rejoindre le pôle :

Des tests à Auron

Des tests sont d’abord menés dans la station de ski d'Auron dans les Alpes-Maritimes. Quatre jours et trois nuits durant, les ingénieurs de Venturi se sont relayés aux commandes du véhicule afin de recueillir un maximum de données par température négative. Puis l’Antarctica a été placé dans une chambre climatique, à -40°C, où ses fonctionnalités mères étaient mises à rude épreuve.

Ces tests ont permis de valider le bon fonctionnement des systèmes antigel et de dégivrage, des ouvrants, mais aussi de tous les composants électroniques par grand froid.

Les régions polaires, particulièrement fragilisées et vulnérables, doivent être au cœur de toutes nos attentions, elles qui sont les premières exposées aux effets dévastateurs du changement climatique. Pouvoir en améliorer notre connaissance sans perturber les écosystèmes, grâce à un véhicule zéro émission et résistant à des conditions extrêmes est une grande avancée.

Olivier Wenden, Vice-président et Administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II.

Sept mois de recherches et de fabrication à partir du prototype ont été nécessaires pour en arriver à cet engin. Trois modèles ont été conçus.

Des tests sont d’abord menés dans la station de ski d'Auron dans les Alpes-Maritimes.
Des tests sont d’abord menés dans la station de ski d'Auron dans les Alpes-Maritimes. © Loïc Blache FTV

En chiffres 

Le véhicule est composé de deux moteurs électriques, son autonomie est de 50km autonomie.

C'est Sacha Lakic, directeur historique du style chez Venturi qui a signé la carrosserie d’Antarctica.

Il a fallu 7 mois de recherche et de fabrication à partir du modèle précédent.
Il a fallu 7 mois de recherche et de fabrication à partir du modèle précédent. © Loïc Blache FTV

Antarctica, avec ses banquettes longitudinales rabattables, peut embarquer de 1 à 6 personnes, du matériel et même une seconde batterie afin de prolonger l’autonomie initiale de 50 kilomètres.

Antarctica est équipé d’un double vitrage étudié pour les températures extrêmes, avec un centimètre d’air laissé entre les deux panneaux vitrés.
Antarctica est équipé d’un double vitrage étudié pour les températures extrêmes, avec un centimètre d’air laissé entre les deux panneaux vitrés. © Loïc Blache FTV

L’ancien prototype, qui avait réalisé une expédition au Canada en 2019, a été offert au Prince Albert II. 

C'est cette année là, qu'à la suite d’un voyage en Antarctique, le Prince avait fait part à Gildo Pastor, président de Venturi, que les stations de recherche scientifique ne disposaient pas de véhicules non-polluants.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Venturi (@venturiautomobiles)

Le constructeur monégasque s’était alors vu confier par la Fondation Prince Albert II la mission d’apporter une solution zéro émission permettant l’accès aux zones d’études scientifiques. C'est aujourd'hui, chose faite.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international automobile économie