• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • SPORT
  • CULTURE
  • ÉCONOMIE

Vide-maisons : le nouvel eldorado des chineurs

Succession, déménagement, ou besoin de place, de plus en plus de Français choisissent le vide-maison pour faire le vide rapidement. / © V. Raynal / France 3
Succession, déménagement, ou besoin de place, de plus en plus de Français choisissent le vide-maison pour faire le vide rapidement. / © V. Raynal / France 3

Succession, déménagement, ou besoin de place, de plus en plus de gens choisissent le vide-maison pour faire le vide rapidement. Une pratique venue des États-Unis et qui prend de l’ampleur chez nous depuis quelques années. Des vide-maisons qui attirent chineurs amateurs comme professionnels.
 

Par Stéphane Hilarion

Vider entièrement une maison dont on vient d'hériter, avec ses meubles, ses bibelots, sa vaisselle et tout un tas d’objets accumulés tout au long d’une vie. Un travail long et fastidieux, entre tri, allers-retours à la déchetterie et vente de ce qui peut l’être. Alors pour aller plus vite, certains n’hésitent plus à organiser une vente directement sur place. Une journée portes-ouvertes durant laquelle chineurs amateurs et professionnels vont défiler pour tenter de trouver la bonne affaire ou l’objet rare.

Près de la Baule, Gérard a choisi cette formule pour vider la maison de ses parents, avec un petit pincement au cœur quand même, et surtout surpris de l’intérêt des acheteurs pour certaines pièces.

Il  y a des choses j’avais dit que ça ne partirait jamais et c’est parti comme les statues de lions à l’entrée de la maison, les gros pots de fleurs de 50kg, ou encore des chapelets. Je me suis dit que personne n’allait acheter ça, et bien il y a des gens qui sont venus acheter des chapelets. C’est étrange. Gérard, organisateur d’un vide-maison

Des brocanteurs professionnels proposent également moyennant une commission d’organiser cette prestation. Enfin si vous avez des objets de valeurs, mobilier, luminaires ou tableaux sachez que vous pouvez aussi faire appel à un commissaire-priseur qui organisera une vente aux enchères sur place.

Faire de la place

Pour d’autres, cette brocante à domicile est l’occasion de gagner un peu de place avant d’effectuer des travaux ou tout simplement se débarrasser d’objets devenus inutiles. A la Chapelle-Glain en Loire-Atlantique, petit village de 900 âmes, on organise même des vide-maisons collectifs. Les chineurs déambulent ainsi de maison en maison pour dénicher la perle rare.

Et parmi eux des professionnels qui ont bien compris qu’ils pouvaient mettre la main sur des pièces rares ou des objets anciens redevenus à la mode. Et beaucoup le savent, il y a parfois de belles surprises, notamment en matière de meubles datant des années 50 ou 60 très recherchés depuis quelques temps et dont les prix s’envolent. Les dénicher dans un vide-maison, c’est souvent l’assurance de les avoir à un très bon prix. 

 

Législation

Organiser un vide-maison ne s’improvise pas. Il faut respecter la législation en matière de vente au déballage. Il est donc impératif de déclarer par lettre recommandée votre vide-maison à la mairie de votre domicile au minimum 15 jours avant la date prévue. Cette demande doit-être accompagnée d'une copie de la pièce d'identité du ou des organisateurs. Faute de quoi, l’amende peut atteindre 15000 euros.

Seuls deux ventes de biens d’occasion par an sont autorisées pour les particuliers quelle que soit la forme, vide-maison, dressing ou grenier. La vente de biens neufs est interdite sans un statut professionnel. Le non-respect de cette disposition est puni d’une amende de 1500 euros, 3000 en cas de récidive.

Tout le monde s’y met

Le phénomène prend de l’ampleur chez les particuliers mais pas seulement, il gagne aussi des lieux plus inattendus. On a vu récemment des vide-ateliers d’artisants, des vide-mairies et même un vide-lycée à Vannes où 400 objets ont été mis en vente, des tables à dessin au mobilier, en passant par les équipements sportifs ou les casiers d’élèves.

Même les religieuses s’y mettent avec le premier vide-Carmel. Cela s’est passé à Alençon où les Carmélites s’apprêtent à déménager du centre-ville pour s’installer à la campagne. Elles ont exceptionnellement ouvert les portes du Carmel pour vendre tout un tas d’objets accumulés depuis 1888 par ces femmes qui vivent cloîtrées.  
 

Beaucoup d'habitants se sont déplacés début mai pour le vide-Carmel organisé par les religieuses avantr leur départ du centre-ville. / © M. Cazaux
Beaucoup d'habitants se sont déplacés début mai pour le vide-Carmel organisé par les religieuses avantr leur départ du centre-ville. / © M. Cazaux



 

Sur le même sujet

Présentation de Marvin Martin, ex Bleu et nouvelle recrue du FC Chambly