publicité

Les antinucléaires maintiennent la pression pour la fermeture de Fessenheim

Les associations françaises et allemandes contre le nucléaire ont organisé ce dimanche après-midi un rassemblement à Fessenheim. 200 personnes y ont participé pour exiger la fermeture rapide et sans condition de la centrale. Les militants réclament au gouvernement un calendrier.

  • Par Claire Schaffner
  • Publié le 24/01/2016 | 17:24, mis à jour le 24/01/2016 | 19:07
© Olivier Stephan

© Olivier Stephan

Des militants antinucléaires des deux côtés du Rhin se sont rassemblés ce dimanche 24 janvier à Fessenheim. Inquiets des risques que présente la centrale électrique, il réclame l'arrêt définitif des deux réacteurs les plus anciens de France dans les plus brefs délais.

Cet arrêt figurait dans le programme électoral de François Hollande d'ici 2016 avant d'être repoussé. Les associations antinucléaires craignaient que cette fermeture ne soit conditionnée par l'ouverture de l'EPR de Flamanville mais fin 2015, le gouvernement a annoncé le lancement de la procédure de fermeture indépendamment de l'avenir du site bas-normand.

 

Reportage d'Olivier Stephan et Emmanuelle Gambette, avec les interviews de :

  • Gilles Barthe, comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin
  • André Hatz, porte-parole de Stop Fessenheim
Rassemblement à Fessenheim contre la centrale nucléaire

Rencontre avec un conseiller de l'Elysée

Hier (samedi), une délégation des associations a été reçue par un conseiller à l'Elysée à la préfecture de Colmar en marge du déplacement de François Hollande. Les militants espéraient obtenir des précisions sur le calendrier de la fermeture. L'Elysée leur a une fois de plus confirmé que la procédure de fermeture de la centrale est en cours mais que celle-ci est longue et qu'aucune échéance ne peut être fixée.

L'intersyndicale de Fessenheim, opposée à la fermeture de la centrale, a quant à elle refusé de rencontre un conseiller. Inquiets pour leurs emplois, les salariés demandaient à s'entretenir directement avec François Hollande pour lui présenter leur situation.
les + lus
les + partagés