Un petit couteau Opinel, une boule à neige pour nos enfants, ou encore un briquet Dupont pour allumer ses cigarettes. Ces objets communs, qui font partie de notre quotidien, ont une histoire liée à celle des Alpes. Pour cause, ils y sont toujours fabriqués.

Le briquet Dupont made in Faverges, en Haute Savoie


A quoi reconnaît-on le briquet Dupont ? Sans nul doute à une simple note, un la, qui résonne dès que la flemme apparaît. 

Exportés partout dans le monde, ces briquets sont créés depuis 145 ans à Faverges, en Haute-Savoie, dans une entreprise de 180 salariés. Si la partie usinage s'est largement automatisée, de nombreux postes restent manuels pour effectuer des gestes précis et délicats.

Il s'agit notamment d'appliquer une laque d'excellente qualité, exportée d'Asie depuis 3000 ans, sur un support métallique. Et à chaque étape, un contrôle technique est réalité. Si le briquet présente le moindre défaut non rectifiable, il repart à l'usinage. 

Derrière chaque briquet Dupont se cache ainsi une centaine d'heures de travail. 

Environ 25 000 pièces sortent ainsi chaque année du site de Faverges. 

Série 1 : le briquet Dupont

Intervenants : Olivier Cisel, directeur Centre industriel S.T. Dupont Yoann Viard, maître laqueur Patricia Pompa Annabelle Schont

 

Les boules à neige made in Meillonnas, dans l'Ain



On les regarde toujours avec une certaine envie dans les petites boutiques touristiques ou sur les marchés. Certains, les chionospherophile, les collectionnent. La boule à neige, devenue un objet kitsch nous laisse toujours un peu rêveurs. 

Depuis 1969, 100 000 boules à neige sortent chaquee année d'une petite entreprise basée à Meillonnas, dans l'Ain. Rachetée en 2008 par le plasturgiste JLK, elle emploie aujourd'hui six salariés. 

Son credo : vanter le made in France face à l'incroyable concurrence de la Chine. Et pour se démarquer, l'entreprise mise sur une neige artificielle à la composition secrète, qui permet aux flocons de tomber très lentement au fond de son écrin.

Série 2 : les boules à neige

Mylène Richard Responsable commerciale




Les stylos Pilot made in Allonzier-La-Caille, en Haute-Savoie



Nombreux sont les stylos de la marque Pilot dans les trousses des écoliers. Tous viennent certainement d'Allonzier-La-Caille, en Haute-Savoie, où est installée la seule entreprise de fabrication européenne. 

Voilà presque un siècle que cela dure. En 1918, 1'ingénieur japonais Namiki, officier de la marine marchande crée un stylo plume, s'associe à Wada et lance la marque Pilot avec une devise "rien n'est impossible". C'est Pilot qui commercialise les premiers stylos bille pendant la Seconde Guerre Mondiale, qui le marqueur pour tableau blanc en 1966.

Ce n'est cependant qu'en 1996, une antenne s'ouvre à Allonzier-la-Caille pour crée des stylos "rollers". 

A présent 40 millions de stylos sortent chaque année de cette entreprise savoyarde où 250 salariés travaillent quotidiennement à chaque étape de la chaîne de fabrication. 

Série 3 : stylo Pilot

Intervenants : Hugues Chatelain, directeur général Pilot Pen France Patrice Domeur, directeur industriel & QSE

 

Les couteaux opinel made in Savoie


L'histoire commence en 1890. Joseph Opinel a 18 ans. Fils d'un forgeron taillandier, il passe son temps libre au fond de son atelier savoyard à peaufiner la forme d'un petit couteau de poche.

127 ans plus tard, le fameux couteau de poche a conquis plus de 70 pays. Il est toujours fabriqué en Savoie, dans une usine située à Chambéry qui emploie aujourd'hui une centaine de personnes.

4 millions et demi de couteaux sont produits par an avec toujours les cinq éléments fondamentaux : le manche, la lame, le rivet, la virole fixe et depuis 1950 la virole tournante. 

Si la fabrication est toujours restée la même, la gamme du couteau s'est rapidement étoffée. Les modèles traditionnels se déclinent de une à douze sortes en fonction de la longueur de la lame.

Depuis 1989, Opinel est d'ailleurs entré dans le Larousse, le nom propre est devenu un nom commun : récompense ultime d'une saga 100% familiale.

Série 4 : le couteau Opinel

Intervenants : Françoise Detroyat, directrice Marketing et Communication Jacques Opinel, musée Opinel Saint Jean de Maurienne Eric Vincendon, responsable fabrication